Emmanuel Macron défend le pacte laïc entre le religieux et le citoyen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron défend le pacte laïc entre le religieux et le citoyen
©

Jupiter et Dieu

Emmanuel Macron défend le pacte laïc entre le religieux et le citoyen

Le chef de l'état prononçait ses vœux aux religions ce jeudi 5 janvier. Il a donné sa vision de la laïcité.

«On voudrait, en parlant de laïcité, parler du seul sujet de la religion qu'est l'islam. C'est une erreur funeste pour l'islam et pour toutes les autres ­religions». Il a cependant insisté sur la nécessaire "structuration" de cette religion en France.

Il a affirmé ne pas vouloir s'enfermer dans la loi de 1905 prônant la séparation de l'Église et de l'État, qu'il a pourtant qualifié de "trésor" national mais qu'il considère inadapté à l'Islam. «La France s'est habituée dans son dialogue à une religion qui est structurée de manière beaucoup plus verticale, parce que c'est l'histoire de la France avec l'Église catholique. Il faut dire les choses aussi telles qu'elles sont: parce que les religions sont structurées différemment, nous tâtonnons.»

«Nous devons avoir un travail sur la structuration de l'islam en France, qui est la condition même pour que vous ne tombiez pas dans les rets des divisions de votre propre religion et de la crise qu'elle est en train de vivre sur le plan international.»

Il a défendu la cohabitation du religieux dans la nation et dans chacun de ses citoyens. : «La foi religieuse qui relève de l'intime ne disqualifie pas pour être citoyen, il serait fou de penser qu'en une même personne, les deux ne dialoguent pas constamment.» 

«Je ne demanderai jamais à quelques citoyens français que ce soit d'être modérément dans sa religion ou de croire modérément ou comme il le faudrait en son Dieu. Ça n'a que peu de sens. Mais je demanderai à chacun, constamment, d'absolument respecter toutes les règles de la République.»

L'idée centrale est donc de ne pas renoncer au "pacte laïc" conclu entre l'État et les religions. 

Le Président a enfin annoncé qu'il comptait relancer le débat philosophique sur les questions de bioéthiques, sujet éminemment épineux pour les religions.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !