Emmanuel Macron à Ouest France : il est possible "d'être de gauche et de bon sens" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Emmanuel Macron à Ouest France : il est possible "d'être de gauche et de bon sens".
Emmanuel Macron à Ouest France : il est possible "d'être de gauche et de bon sens".
©Reuters

Interview

Emmanuel Macron à Ouest France : il est possible "d'être de gauche et de bon sens"

"Être de gauche, c'est être responsable", a également affirmé le nouveau ministre de l'Economie dans une interview à paraître ce mardi 2 septembre.

"Le gouvernement a montré son engagement à travers le CICE, le pacte de responsabilité et de solidarité. J'attends qu'il en soit de même pour les entreprises", a lancé Emmanuel Macron dans une interview pour le quotidien régional Ouest France, à paraître ce mardi 2 septembre. Dans le même temps, le nouveau ministre de l’Economie doit effectuer son premier déplacement depuis sa nomination, dans la Manche. Il se rendra à Romagny sur le site d'Acome, une Scop (société coopérative et participative) de 1 350 employés spécialisée dans les câbles high-tech et la fibre optique. Puis il rencontrera Patrick Lenancker, président de la confédération générale des Scop.

"L'entreprise est le coeur de notre économie, c'est elle qui emploie, exporte, innove. Et la scop illustre très bien l'idée que je me fais de l'entreprise : une collectivité humaine qui est aussi la propriété de ceux qui la font", a également déclaré Emmanuel Macron à Ouest France. "Il y a une polémique sur les dividendes suite au CICE. Je m'impliquerai personnellement pour que les entreprises clarifient ce point", a-t-il ajouté. "Sur le plan de la fiscalité, les choses ont beaucoup changé en faveur des entreprises. Mais la compétitivité ne se réduit pas aux charges et aux impôts", a indiqué Emmanuel Macron, pour qui "la compétitivité, c'est l'organisation de l'entreprise, son financement, la montée en gamme et en qualité, la meilleure adaptation du droit du travail, l'investissement productif".

Interrogé par Ouest France sur sa vision de la gauche, le ministre a répondu qu'il "n'est pas interdit d'être de gauche et de bon sens : si on ne produit pas, ma grand-mère m'a toujours dit qu'on n'avait pas grand-chose à distribuer"."Être de gauche, pour moi, c'est en effet être efficace, recréer les conditions pour investir, produire et innover (...), être juste pour que les efforts comme les gains soient équitablement répartis. Être de gauche, c'est être responsable, ce n'est pas prendre une posture, c'est essayer de faire bouger les choses (...) être davantage du côté du risque que de la rente". "J'ai 36 ans. J'ai des convictions et je suis aujourd'hui en responsabilité, mais je ne me vois pas comme un homme politique. Je ne sais pas ce que je ferai demain. Ce que je sais simplement, c'est que ma génération aura à rendre des comptes longtemps", a conclu le nouveau ministre de l'Economie. 

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !