Emmanuel Macron : "aucun budget autre que celui des armées ne sera augmenté" en 2018 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron : "aucun budget autre que celui des armées ne sera augmenté" en 2018
©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Oui chef !

Emmanuel Macron : "aucun budget autre que celui des armées ne sera augmenté" en 2018

À Istres, le chef de l'Etat a multiplié les hommages aux militaires et a affirmé que le budget de la Défense sera porté à 34,2 milliards d'euros l'année prochaine.

Au lendemain de la démission de Pierre de Villiers, Emmanuel Macron s'est adressé aux soldats sur la base militaire d'Istres. En présence du nouveau chef d'état-major, le général François Lecointre, le président de la République a affirmé que le budget de la Défense sera porté à 34,2 milliards d'euros en 2018. "Aucun budget autre que celui des armées ne sera augmenté" l'année prochaine, a précisé Emmanuel Macron. "Je sais ce que la Nation vous doit. (…) Je veux que vous ayez les moyens de vos missions", a-t-il encore déclaré.  Réagissant aux polémiques sur les économies demandées en 2017 – qui ont entre autres poussé le général de Villiers à démissionner – Emmanuel Macron a indiqué : "nous méritons collectivement mieux qu'un tel débat".

>>> À lire aussi : Intégration de l'état d'urgence dans le droit commun : y a-t-il des dispositifs pour nous protéger du détournement de mesures "d'exception" dans d'autres objectifs que la lutte antiterroriste ?

Révision de l'opération Sentinelle

En outre, le chef de l'Etat a annoncé que l'opération Sentinelle serait révisée sur la base d'un rapport du nouveau chef d'état-major des armées (CEMA). "J'ai demandé, sous l'autorité de la ministre, à ce qu'une réflexion en profondeur, que le CEMA aura à me présenter, soit conduite pour l'automne qui permettra de réviser les modalités de l'opération Sentinelle", a expliqué Emmanuel Macron.

>>> À lire aussi : Pourquoi Emmanuel Macron a plus à perdre qu'à gagner à vouloir respecter l'objectif des 3% de déficit (même du point de vue de ceux qui sont attachés à l'assainissement des comptes publics français)

Lu sur La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !