Emeutes du Trocadéro : onze nouveaux interpellés sont placés en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Les émeutes ont entâché la fête que le PSG avait organisé après avoir remporté le championnat de France
Les émeutes ont entâché la fête que le PSG avait organisé après avoir remporté le championnat de France
©Reuters

Suite de l'enquête

Emeutes du Trocadéro : onze nouveaux interpellés sont placés en garde à vue

Il y a une semaine, neuf personnes avaient déjà été interpellées par la police dans le cadre de la même affaire.

La police a interpellé mardi 11 juin onze personnes soupçonnées d'avoir participé aux violences du Trocadéro le 13 mai dernier. Ces violences avaient eu lieux lors de la fête organisée pour le sacre du Paris Saint-Germain (une première depuis 19 ans), champion de France de football pour la saison 2012-2013. Alors que le trophée était remis aux footballeurs, la réunion pacifique avait tournée à l'émeute. Il y a une semaine, neuf autres personnes ont déjà été interpellées par les forces de l'ordre dans le cadre de la même enquête.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les onze personnes pourraient être à l'origine de multiples dégradations et jet de projectiles sur les forces de l'ordre. Certaines auraient brisé des vitrines de commerces selon une source policière, qui précise que les interpellées ne sont pas des "ultras" du club parisien, c'est à dire des supporteurs fanatiques : "On a là plutôt affaire à des profils de jeunes issus des banlieues parisiennes, et qui étaient manifestement venus à Paris pour casser des magasins", a expliqué un enquêteur du service de l'investigation transversale (SIT) de la préfecture de police de Paris, chargé de cette enquête.

Parmi les interpellés, on trouve deux mineurs. Les casseurs présumés, âgés de 16 à 31 ans, ont tous été placés en garde à vue.


PSG émeutes - Les casseurs du PSG débarquent au... par ryfyadu78

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !