Éleveurs : les blocages se poursuivent dans plusieurs régions de France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Éleveurs : les blocages se poursuivent dans plusieurs régions de France
©Reuters

Ça continue !

Éleveurs : les blocages se poursuivent dans plusieurs régions de France

Le président de la FNSEA a estimé qu'il n'y avait "pas de raison de lever les barrages" en attendant que les bonnes mesures soient prises.

La grogne des éleveurs se poursuit ce mercredi matin. Bisou futé a annoncé des perturbations sur les routes dans l'ouest de la France, sur toute la Bretagne et la Normandie, ainsi que dans le Nord. Malgré la réunion avec le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll qui s’est tenue mardi, le président de la FNSEA estime qu'il n'y a "pas de raison de lever les barrages". La mobilisation des éleveurs a conduit au blocage partiel de l’autoroute A1 dans les deux sens au sud de Lille ce matin, à cause de centaines de tracteurs d'agriculteurs.

Estimant avoir fait le déplacement jusqu’à Caen "pour montrer que le gouvernement peut se mobiliser", le ministre a expliqué que la "question des prix" avait été évoquée au cours de sa rencontre avec les responsables du Calvados et de la Basse-Normandie. "On n'était pas là pour négocier" a t-il précisé, indiquant avoir discuté de "l'ensemble des filières, viande porcine, viande bovine et lait". Stéphane Le Foll a expliqué vouloir "recalibrer et revoir les critères pour que les aides aillent aux exploitations qui ont des difficultés de trésorerie".

Les éleveurs revendiquent une mise en valeur de la viande produite en France, mais comme l’a indiqué France 2, la France importe 35% du porc, 30% de volaille, 26% de viande bovine et jusqu'à 50% de viande d'agneau. Le ministre de l’Agriculture doit rencontrer le médiateur des prix agricoles dans la journée avant de présenter un plan d’urgence de "16 à 17 propositions" au Conseil des ministres ce mercredi.

Lu sur France tv infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !