Élections régionales : débat tranché entre Marine Le Pen et Xavier Bertrand pour l'entre-deux-tours | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen a recueilli 40,64% des suffrages, contre 24,97% des suffrages pour la liste d'union de la droite conduite par Xavier Bertrand.
Marine Le Pen a recueilli 40,64% des suffrages, contre 24,97% des suffrages pour la liste d'union de la droite conduite par Xavier Bertrand.
©Reuters

Passes d'armes

Élections régionales : débat tranché entre Marine Le Pen et Xavier Bertrand pour l'entre-deux-tours

Selon un sondage publié ce mercredi, Xavier Bertrand l'emporterait au second tour avec 53% des voix, contre 47% pour Marine Le Pen.

Pour leur unique débat de l'entre-deux tours, Marine Le Pen et Xavier Bertrand, qui briguent tous les deux la présidence de la région Nord Pas-de-Calais Picardie, se sont affrontés depuis Lille ce mercredi soir sur LCI et RTL. Lors du premier tour, Marine Le Pen a recueilli 40,64% des suffrages, contre 24,97% des suffrages pour la liste d'union de la droite conduite par Xavier Bertrand. Les deux candidats ont notamment réagi au sondage publié plus tôt ce mercredi, selon lequel Xavier Bertrand l'emporterait avec 53% des voix, contre 47% pour Marine Le Pen. "Je ne crois pas à ce résultat. Ça voudrait dire que monsieur Bertrand arrive à réunir autour de lui la totalité des électeurs de gauche alors qu'ils se sentent trahis par le suicide collectif qui leur a été imposé par les états-majors de Paris" a observé la présidente du Front national. "Qui est candidat ici ? C'est moi. Dans ma ville, ceux qui étaient hier des opposants socialistes resteront des opposants. Ce n'est pas la même élection, ça dépasse ma personne, ça dépasse même ma famille politique" a répondu Xavier Bertrand.

L'ancien ministre a ensuite évoqué les "indemnités" européennes perçues par "toute la famille Le Pen" quand la présidence du Front national l'a accusé de lancer des "promesses intenables". Soulignant un manque de chiffrage dans le projet FN, Xavier Bertrand s'est également approprié une formule de Martine Aubry : "Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup". En désaccord sur l'ensemble des thématiques, les deux candidats se sont aussi écharpés sur la gestion de Calais, la culture, le social, les subventions ou encore la vidéosurveillance dans les lycées. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !