Elections européennes : seuls 51% des Français favorables à l'appartenance à l'Union européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Elections européennes : seuls 51% des Français favorables à l'appartenance à l'Union européenne
©

Méfiance

Elections européennes : seuls 51% des Français favorables à l'appartenance à l'Union européenne

A deux semaines des élections européennes, un sondage Institut CSA/BFMTV/Groupe Nice-Matin révèle que 48% des Français s'inquiètent de l'avenir de l'Union européenne.

A deux semaines des élections européennes, les Français croient de moins en moins aux bienfaits de l’Union européenne. Selon un nouveau sondage Institut CSA/BFMTV/Groupe Nice-Matin, seuls 51% des Français sont favorables à l'appartenance de la France à l'Union tandis que 38% d’entre eux sont même septiques. En effet, 42% des Français estiment que cette appartenance est "plutôt une bonne chose" et 9% une "très bonne chose". Au contraire, 28% considèrent que c'est "plutôt une mauvaise chose" et 10% une très mauvaise chose. Enfin, 11% refusent de se prononcer. Les plus septiques se retrouvent dans les catégories les moins favorisées. Seuls 30% des ouvriers estiment que c’est une bonne chose que la France fasse partie de l’UE. A l’inverse, les cadres (78%) et les retraités (62%) sont plutôt europhiles. Ceux qui ont le plus foi en l’UE sont les sympathisants du Modem (81%) devant ceux d'EELV (79%), les socialistes (73%) et les partisans de l'UMP (63%). Les eurosceptiques sont majoritaires chez les extrêmes. 46% des électeurs du Front de gauche voient d’un mauvais œil l’appartenance de la France à l’UE contre 37%. Les chiffres explosent au FN avec 80% contre 12%.

Quant à l’avenir de l’Union européenne, il inquiète 48% des sondés. Seuls 18% se disent confiants, et 2% "enthousiastes" (13% indifférents et 10% hostiles) alors qu’il y a dix ans, les "enthousiastes" et les "confiants" représentaient 46% des personnes interrogées, et les "inquiets" 39%. "Si cette confiance s'était déjà amenuisée en 2009 (34%, -12 points par rapport à 2004), l'enlisement de la crise et le déclenchement de celle des dettes souveraines ont nettement accentué cette baisse", analysent notamment les auteurs de l'étude. Les Français se méfient des conséquences économiques et sociales de l’UE. 70% d’entre eux ont peur que cette dernière augmente le chômage en France et et 63% qu'il y ait moins de protection sociale. Viennent ensuite la peur qu'il y ait davantage d'immigrés (60%, +12 par rapport à 2007), puis celle qu'"on perde notre identité nationale et notre culture" (52%, +2). Deux craintes principalement exprimées par les électeurs de droite, avec 80% des sympathisants de l'UMP qui s'inquiètent de la montée de l'immigration (91% pour le FN, 39% pour le PS), et 62% qui craignent une perte d'identité (83% pour le FN, 37% pour le PS).

Enfin, l’appartenance à l’UE semble plutôt un inconvénient (41%) pour la résolution de la crise qu'un atout (25%). 52% des sondés estiment que les institutions européennes ne sont pas assez démocratiques et 78% qu’elles sont trop éloignées des préoccupations quotidiennes des Français. Dans ce contexte, 47% des Français souhaiteraient un renforcement des pouvoirs de décision des Etats, quitte à limiter ceux de l'UE.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !