Élections à l'UDI : les soupçons empoisonnent le second tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Élections à l'UDI : les soupçons empoisonnent le second tour
©

Ambiance

Élections à l'UDI : les soupçons empoisonnent le second tour

Une semaine après l'annonce des résultats du premier tour, les accusations de clientélisme fusent entre les soutiens d'Hervé Morin et ceux de Jean-Christophe Lagarde, tout comme les soupçons de manipulation de listes.

Le second tour de l'élection pour la présidence de l'UDI (qui oppose Hervé Morin et Jean-Christophe Lagarde) ne se déroulera pas dans le climat de clarté attendu attendu par les militants. Une semaine après l'annonce des résultats du premier tour, les accusations de clientélisme fusent, tout comme les soupçons de manipulation de listes.

Adjointe (et épouse) du maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde, Aude Lagarde a démissionné de son poste d'attachée parlementaire après avoir été accusée de cumul de fonctions. L'ancien militant de l'UDI Jacky Majda avait en effet dénoncé lundi 27 octobre le cas d'Aude Lagarde : il exige désormais que les salaires d'Aude Lagarde au Palais Bourbon soient remboursés.

Pour expliquer l'avance de Jean-Christophe Lagarde au premier tour de l'élection, l'entourage d'Hervé Morin a quant à lui soupçonné le maire de Drancy de clientélisme. "Sur les 5 888 voix récoltées par Jean-Christophe Lagarde au 1er tour, 2 192 (soit 37% de son total national) l’ont été dans le seul département de Seine-Saint-Denis et 1 377 (soit 23 % de son total national) à Drancy. [...] La clé est bien un système clientéliste où l’adhésion à l’UDI fait partie d’échanges divers…" avait notamment déclaré le maire d'Agen, Jean Dionis.

Après la publication d'un article faisant état d'autres soupçons de clientélisme dans le 93, qui entourent cette fois l'élection du maire UDI de Bobigny, Stéphane de paoli, Jean-Christophe Lagarde s'en était pris à l'hebdomadaire Marianne.

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !