Présidentielle au Sénégal : un second tour aura lieu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Présidentielle au Sénégal :
un second tour aura lieu
©

Deuxième round

Présidentielle au Sénégal : un second tour aura lieu

Le président sortant Abdoulaye Wade arrive en tête des suffrages (34%). Il affrontera son ancien Premier ministre, Macky Sall (26%).

C'est désormais officiel : le Sénégal connaît les deux candidats qui s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle.  Abdoulaye Wade est arrivé en tête du premier tour du 26 février avec 942 546 voix (34,85%), contre 719 369 voix pour Macky Sall, son ancien Premier ministre (26,57%).

Le duo de tête devance Moustapha Niasse, également ex-Premier ministre de Wade qui a recueilli 13,20% des suffrages.

Contrairement à ce qui semblait se dessiner dimanche à l'issue du scrutin, la participation au premier tour ne s'est élevée qu'à 51,58%, en nette baisse par rapport au taux de 70% de la présidentielle de 2007, alors que la campagne a été particulièrement violente. 

Abdoulaye Wade ne dispose guère de réserves de voix, hormis celles puisées dans les quelque 48% d'abstentionnistes du premier tour ou venant d'hypothétiques ralliements. Théoriquement, Macky Sall peut, quant à lui, compter sur les reports de voix de la plupart des autres candidats, membres comme lui du Mouvement du 23 juin (M23, coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile). 

Macky Sall a appelé mercredi 29 février à "parachever le processus pour une nouvelle alternance démocratique", mettant en garde contre une éventuelle "confiscation de la volonté populaire". Le 26 février, "près de deux Sénégalais sur trois ont choisi d'ouvrir une nouvelle page de notre histoire (...). Le peuple sénégalais a fait preuve d'une lucidité exceptionnelle", a-t-il estimé. Macky Sall a indiqué que s'il était élu, il nommerait un gouvernement d'ouverture.

A 85 ans,  Abdoulaye Wade brigue un troisième mandat à la tête du pays. Le second tour doit se tenir trois semaines après la confirmation des résultats par la plus haute instance juridique du pays.

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !