Election présidentielle américaine : Mitt Romney promet 12 millions d’emplois en quatre ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Election présidentielle américaine : Mitt Romney promet 12 millions d’emplois en quatre ans
©

Annonces

Election présidentielle américaine : Mitt Romney promet 12 millions d’emplois en quatre ans

Le candidat républicain a accepté la nomination du Parti républicain pour l’élection présidentielle du 6 novembre.

La campagne présidentielle américaine va de l’avant. Mitt Romney a en effet accepté dans la nuit de jeudi à vendredi la nomination du Parti républicain pour l’élection présidentielle du 6 novembre prochain.

Après les discours d’Ann Romney, sa femme, et de Paul Ryan, son colistier, c’est Mitt Romney qui était attendu à la tribune pour le discours de clôture de la convention républicaine à Tampa en Floride. Très attendu, Mitt Romney n’a pas déçu les milliers de délégués républicains présents. Il s’est notamment engager à redresser l’économie américaine et créer des millions d’emplois, déclarant « ce dont a besoin notre pays aujourd’hui n’est ni compliqué ni profond. Ce dont a besoin l’Amérique, c’est d’emplois, beaucoup d’emplois ». La candidat a alors détaillé un plan en 5 points pour créer 12 millions d’emplois. Le taux de chômage aux Etats-Unis est en effet très préoccupant pour la plupart des Américains puisqu’il atteint 8,3%.

Mitt Romney, dans le discours de sa vie retransmis à la télévision, a également largement attaqué le bilan du président Barack Obama expliquant notamment qu’ « il est temps de mettre derrière nous les déceptions de ces quatre dernières années, de mettre de côté les divisions et les récriminations ».

La présidence Obama avait déjà bien été égratignée par l’acteur-réalisateur Clint Eastwood, invité surprise, qui avait martelé quelques minutes avant de passer le micro à Mitt Romney que « quand quelqu’un ne fait pas le boulot, il doit partir ».

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !