Egypte : les Frères musulmans appellent au "soulèvement", au moins 42 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
De violents affrontements entre l'armée et les partisans de président déchu Mohamed Morsi ont fait au moins 42 morts selon un dernier bilan.
De violents affrontements entre l'armée et les partisans de président déchu Mohamed Morsi ont fait au moins 42 morts selon un dernier bilan.
©Reuters

Escalade de violence

Egypte : les Frères musulmans appellent au "soulèvement", au moins 42 morts

Après des affrontements qui ont fait au moins 42 morts, dans la nuit de dimanche à lundi, lors de heurts entre l'armée et les Frères musulmans, ces derniers ont lancé un appel à la rébellion.

La situation continue de se dégrader en Egypte. Alors que de violents affrontements entre l'armée et les partisans de président déchu Mohamed Morsi ont fait au moins 42 morts selon un dernier bilan, les Frères musulmans égyptiens ont appelé ce lundi à un "soulèvement" en réaction aux tirs. Un haut responsable des services d'urgence n'a toutefois pas précisé si ces victimes concernaient uniquement des partisans de l'ancien président. En représailles, deux soldats égyptiens ont été brièvement détenus lundi par les islamistes et contraints de prononcer une déclaration en faveur de Morsi dans des haut-parleurs, selon l'agence officielle Mena.

Dans une déclaration écrite, le parti de la et de la liberté (PLJ) - vitrine politique des Frères musulmans - a ainsi appelé au "soulèvement du grand peuple d'Egypte contre ceux qui sont en train d'essayer de lui voler sa révolution avec des chars", rapporte l'AFP. Le PLJ "presse la communauté internationale, les groupes internationaux et tous les hommes libres du monde d'intervenir pour empêcher d'autres massacres [et] l'apparition d'une nouvelle Syrie dans le monde arabe".

Les autorités égyptiennes ont par ailleurs décidé de fermer le siège du parti des Frères musulmans, après la découverte d'armes, rapport un haut responsable de sécurité. La police a trouvé "des liquides inflammables, des couteaux et des armes" dans les locaux du parti de la justice et de la liberté (PLJ), la vitrine politique de la confrérie, a précisé cette source.

Dimanche, des centaines de milliers d'Egyptiens ont manifesté dimanche au Caire et à Alexandrie, rappelle Le Figaro, certains pour appuyer la décision de l'armée et d'autres, moins nombreux, pour demander le retour de Morsi.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !