Egypte : la France demande la libération de Mohamed Morsi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Laurent Fabius appelle à la libération de Mohamed Morsi
Laurent Fabius appelle à la libération de Mohamed Morsi
©Reuters

Pourparlers

Egypte : la France demande la libération de Mohamed Morsi

L'ancien président égyptien a aussi reçu la visite de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

L'Egypte est encore en proie aux tensions. Le pays est sans cesse secoué par de nombreux affrontements. Depuis la destitution de Mohamed Morsi, les troubles se multiplient. Le pays se prépare d'ailleurs à une nouvelle journée de manifestations. Pour tenter d'y mettre fin, l’Union européenne cherche à mettre en place un processus de médiation. Mais ce mardi, un coup de théâtre a eu lieu. La France a pris position de manière assez franche dans le dossier. Paris a en effet, ni plus ni moins, demandé la libération de Mohamed Morsi. "Nous condamnons les brutalités. (...) Nous appelons au dialogue et à la libération du président Morsi", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius lors d’un entretien avec la presse.

A l'issue de cette interview, il a rencontré la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton. Cette dernière avait auparavant rencontré pendant deux heures l’ex-président Mohamed Morsi, gardé au secret par l’armée depuis sa destitution. Catherine Ashton a fait savoir  que celui-ci "va bien" et qu'il a "accès aux informations". Moahamed Morsi n’est pas apparu en public depuis son renversement et n’a officiellement reçu aucune visite. Sa famille elle-même a déploré récemment ne pouvoir le rencontrer.

Depuis sa destitution le 3 juillet, les partisans de Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, organisent régulièrement des manifestations, émaillées de violences meurtrières, et observent des sit-in, notamment sur plusieurs places du Caire. Ils ont appelé à une manifestation "d’un million" de personnes mardi pour réclamer la réinstauration du premier président élu démocratiquement du pays.

La crise politique dans le pays s’est récemment encore aggravée avec la mort de 72 civils et un policier dans des affrontements entre pro-Morsi et forces de l’ordre samedi au Caire. Le pouvoir menace de disperser par la force les sit-in islamistes installés depuis un mois dans la capitale, accusés d’être des foyers de "terrorisme", faisant redouter de nouveaux bains de sang.

Lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !