Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

La patronne, c'est elle

EELV : Emmanuelle Cosse élue à la tête des Verts sur fond de divisions

L'ancienne présidente d'Act Up, élue samedi avec 55,35% des voix, entend rassembler son parti et jouer le rapport de forces avec le PS.

Sans surprise, Emmanuelle Cosse a été élue samedi soir secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) avec 55,35% des voix lors du congrès de Caen. Soutenue par la ministre Cécile Duflot, elle succède à Pascal Durand qui avait renoncé à se représenter. Face à elle, "La motion participative" d'Yves Cochet et Alain Lipietz a obtenu 36,53% des voix et la motion "Love" d'Eva Joly et Julien Bayou 8,12%.

"Nul dans cette salle ne peut être satisfait ce soir que nous ne soyons pas parvenus à un large rassemblement", a affirmé la nouvelle patronne des Verts. "Si nous ne savons pas nous rassembler, comment voulez-vous que la société nous entende ?", avait déploré Pascal Durand à l'ouverture du congrès. Cécile Duflot avait fustigé la "tentation du confort de la minorité", rappelle le Nouvel Observateur.

Sur le même sujet : Congrès EELV : le bilan politique miné par le dogmatisme et les calculs personnels du tandem Duflot-Placé

"Notre cohérence, c'est de ne jamais taire notre radicalité, mais de ne pas fuir nos responsabilités", a aussi déclaré Emmanuelle Cosse. "Je dit aux socialistes que nous savons être des partenaires loyaux et acteurs de la majorité mais nous serons toujours exigeants avec ses réalisations et ses réalités", a-t-elle prévenu.

Emmanuelle Cosse est décrite comme une femme "à poigne". Un atout pour diriger un parti turbulent dont la participation au gouvernement ne va pas de soi pour ses militants, explique Le Point. En 1992, elle rejoint Act Up, association de lutte contre le sida, dont elle devient la première présidente hétérosexuelle et séronégative en 1999. Elle le restera jusqu'en 2001.

En parallèle, l'ancienne étudiante en droit est journaliste pour les magazines Têtu et Regards entre 2002 et 2010. C'est en 2009 qu'elle entre à Europe Ecologie-Les Verts, parti dont elle se sentait "le plus proche".


Lu sur le Nouvel Observateur
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.