Edward Snowden fait son grand retour sur Twitter et nargue la NSA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Edward Snowden fait son grand retour sur Twitter et nargue la NSA
©Capture d'écran/ Twitter Edward Snowden

L'enfant prodige

Edward Snowden fait son grand retour sur Twitter et nargue la NSA

Son nouveau compte @snowden comptabilise déjà plus de 940 000 abonnés en 24 heures et ne suit qu'un seul compte, celui de la NSA.

Il est l'un des hommes les plus recherchés des Etats-Unis. Edward Snowden, l'informaticien américain à l'origine  des révélations sur les programmes de surveillance de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) est de retour sur Twitter. Son nouveau compte @snowden comptabilise déjà plus de 940 000 abonnés en 24 heures et ne suit qu'un seul compte, celui de la NSA. Un clin d'œil à l'institution américaine pour laquelle il a travaillé, avant de fuir en Russie.

Edward Snowden s'est en effet réfugié à Moscou pour éviter d'être jugé et emprisonné pour vol et espionnage, après avoir révélé que les Etats-Unis espionnaient les dirigeants de plusieurs autres pays. Des révélations confirmées par Julian Assange, lui-même retranché en Angleterre, qui avait publié les preuves qu'Angela Merkel et plusieurs politiciens français dont les présidents Chirac, Sarkozy et Hollande étaient espionnés par les Etats-Unis.

Le premier tweet d'Edward Snowden fait référence au slogan de l’opérateur téléphonique Verizon, accusé par l'informaticien de partager les données de ses clients : "Can you hear me now ?" (en français : Vous m'entendez maintenant ?). Dans l'espace dédié à sa présentation, Snowden écrit tout simplement : "Avant, je travaillais pour le gouvernement. Maintenant, je travaille pour le public".

 

 

Lu sur RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !