Edouard Philippe en visite à Nantes condamne fermement les violences et annonce des mesures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Edouard Philippe en visite à Nantes condamne fermement les violences et annonce des mesures
©DAMIEN MEYER / AFP

Le chef du gouvernement en première ligne

Edouard Philippe en visite à Nantes condamne fermement les violences et annonce des mesures

Le Premier ministre s'est rendu à Nantes dans la matinée du jeudi 5 juillet afin d'apporter des solutions à la situation de crise survenue après la mort d'un jeune homme lors d'un contrôle policier cette semaine. Edouard Philippe devait initialement se rendre à Nantes pour le dossier de l'aéroport de Nantes-Atlantique.

Edouard Philippe avait planifié une visite à Nantes dans son emploi du temps afin de trouver des solutions dans le cadre de l'aéroport de Nantes-Atlantique, après l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes. Le chef du gouvernement n'a pas souhaité annuler son déplacement malgré la polémique qui enfle à la suite de la mort d'un jeune de 22 ans lors d'un contrôle de police. Des scènes de violences urbaines se sont déroulées depuis deux nuits à Nantes et dans certains quartiers sensibles de la ville. 

Lors d'un point presse ce jeudi, le Premier ministre Edouard Philippe a donc condamné avec la plus grande fermeté les violences qui ont émaillé le quartier du Breil à Nantes à la suite de la mort d'un jeune homme tué lors d'un contrôle de police. 
 
Edouard Philippe a promis "la plus grande transparence sur les circonstances" de cette mort. Une enquête est d'ailleurs en cours afin de pouvoir faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame. Des véhicules, des commerces et des services publics ont notamment été incendiés. 
 
Le Premier ministre a également exprimé sa "condamnation la plus ferme sur ces agissements et cette violence" des jeunes des quartiers de Nantes, à la suite de ce drame. 
 
Alors que des appels au calme avaient été lancés, la nuit dernière a été marquée par de nouveaux affrontements entre des jeunes et les forces de l'ordre.
 
Au total, 19 interpellations ont eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi. 11 gardes à vue étaient toujours en cours.  
 
Le Premier ministre s'est exprimé ce matin à Nantes aux côtés de la maire de la ville, Johanna Rolland. 
 
La mort d'Aboubakar F., âgé de 22 ans, tué lors d'un contrôle policier dans le quartier du Breil, a entrainé une flambée de violences dans certains quartiers de Nantes. Une marche blanche est d'ailleurs prévue ce jeudi 5 juillet afin d'honorer la mémoire de la victime. Le départ sera donné à 18h, rue des Plantes, là où s'est déroulé le drame.
 
Le Premier ministre s'est exprimé devant les médias, aux côtés de la Maire de la ville, ce jeudi matin. La présence policière sera notamment renforcée. 
 
"Détruire des biens publics et privés, c'est obscurcir les perspectives et nuire au développement de ces quartiers. (…) Nous adapterons le niveau des forces de l'ordre pour garantir le retour au calme et à l'ordre. (…) Quand les pompiers viennent éteindre des incendies, personne ne peut comprendre des caillassages".  
 
Lu sur Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !