Écoutes des présidents français : en visite à Washington, Macron entend bien évoquer le scandale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Écoutes des présidents français : en visite à Washington, Macron entend bien évoquer le scandale
©Reuters

Ils vont entendre parler du pays

Écoutes des présidents français : en visite à Washington, Macron entend bien évoquer le scandale

Venu à la base pour encourager le secteur français de la technologie à l'occasion de la French Touch Conference, le ministre devrait aborder le scandale avec ses interlocuteurs.

24 heures après les révélations de Libération et de Mediapart sur les écoutes des présidents français par les Etats-Unis entre 2006 et 2012, les membres du gouvernement entendent faire savoir la position de la France. Alors que François Hollande et Barack Obama se sont entretenus mercredi après-midi au téléphone, Emmanuel Macron est arrivé à New York. Venu à la base pour encourager le secteur français de la technologie à l'occasion de la French Touch Conference, le ministre devrait aborder le scandale avec ses interlocuteurs.

"Evidemment, j'en parlerai quand je serai à Washington" a dit Macron ajoutant vouloir "une réaction qui est à la fois exigeante et proportionnée". Précisant qu'il n'avait pas envisagé d'annuler sa visite après les révélations des sites français et de WikiLeaks, il a aussi indiqué que tout les membres du gouvernement présent dans les prochaines heures aux Etats-Unis évoqueront l'affaire.

"Mon collègue Stéphane Le Foll est également en déplacement à Washington (vendredi), le 4 juillet prochain Ségolène Royal et Jean-Yves Le Drian, sauf contre-ordre, seront présents ici  à l'occasion de la venue à New York de la frégate 'L'Hermione', il est clair que cela fera partie des discussions" a rappelé Macron

Il a enfin rappelé la position exprimée par la France. "Ce qui a été rappelé ce matin, c'est d'abord : 1) cela a été confirmé à trois reprises, qu'il n'était pas acceptable de se retrouver dans cette situation, 2) que nous demandons aux États-Unis d'avoir toutes les garanties qu'il avait été mis fin à ces pratiques" a conclu le ministre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !