Ecotaxe : Ségolène Royal affirme que "les choses se feront en juin" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ecotaxe : Ségolène Royal affirme que "les choses se feront en juin"
©

A suivre

Ecotaxe : Ségolène Royal affirme que "les choses se feront en juin"

Suspendue depuis le mois d'octobre par le gouvernement en raison de la fronde massive en Bretagne, Ségolène Royal a évoqué quelques pistes notamment celle de taxer les camions étrangers.

"On va attendre les rapports des commissions, et au mois de juin, les choses se feront". Ségolène Royal a accéléré le calendrier concernant l'écotaxe. C'est ce qu'elle a indiqué ce mercredi lors d'une audition devant la mission d'information de l'Assemblée nationale. Mais la ministre de l'Ecologie n'a pas précisé si l'écotaxe serait en mise en place (sous la forme actuelle ou une autre forme) ou supprimée.

"J'espère qu'on va pouvoir faire émerger une solution consensuelle qui remettra toutes les forces vives en mouvement pour que nous puissions commencer très rapidement les appels d'offre sur les grandes infrastructures que notre pays attend" a-t-elle expliqué. Le rapport de la mission de l'Assemblée doit être remis le 15 mai et celui de la commission d'enquête du Sénat sur le contrat avec Ecomouv', le 27 mai.

La remise à plat promise par la ministre à son arrivée est donc en marche. Suspendue depuis le mois d'octobre par le gouvernement en raison de la fronde massive en Bretagne, Ségolène Royal a évoqué quelques pistes notamment celle de taxer les camions étrangers traversant le territoire français. La ministre a confirmé cette possibilité disant qu'elle envisageait de mettre à contribution les sociétés d'autoroute. "On est en train d'inventer avec les portiques Ecomouv ce qui existe déjà sur les autoroutes. Ces autoroutes font un bénéfice de deux milliards (...). On a déjà deux milliards. Quand on cherche un milliard pour faire les travaux (...), on a réglé le problème" en en prélevant une partie, a déclaré la ministre lors de son audition mercredi.

Elle a également expliqué vouloir ajouter "l'eurovignette aux frontières avec un péage de transit". Pour conclure, Ségolène Royal a insisté sur le fait qu'elle voulait que ces "perspectives" se fassent sur "un plan contractuel et consensuel".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !