Ecotaxe : le gouvernement propose un pacte d'avenir, les Bonnets rouges prêts à de nouvelles actions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ecotaxe : le gouvernement propose un pacte d'avenir, les Bonnets rouges prêts à de nouvelles actions
©

Négociations

Ecotaxe : le gouvernement propose un pacte d'avenir, les Bonnets rouges prêts à de nouvelles actions

Une réunion doit avoir lieu dans les prochains jours pour décider de la marche à suivre.

L'ultimatum posé au gouvernement par les Bonnets rouges n'a pas produit l'effet escompté. Rejeté, celui-ci doit désormais donner lieu à de nouvelles actions. Le président de la FDSEA du Finistère, Thierry Merret, n'a, pour le moment, annoncé que la tenue d'une réunion "dans les prochains jours pour décider de ce que l'on va faire". Selon lui, "la porte est fermée par Jean-Marc Ayrault" et "c'est un appel à continuer".

Même son de cloche chez Christian Troadec, maire de Carhaix, selon qui le gouvernement "ne prend pas la mesure de la colère des Bretons par rapport à l'écotaxe". Non content de ne pas avoir cédé après l'ultimatum, le premier ministre a également annoncé que les auteurs "identifiés" des violences commises ces derniers jours seraient convoqués devant le tribunal de Quimper. "Quel que soit le bien public, un portique, un radar, une école, un équipement sportif (…) ce n'est pas acceptable, c'est contraire aux lois de la République", a-t-il estimé.

Afin de sortir du conflit, le gouvernement propose l'établissement d'un "pacte d'avenir pour la Bretagne". Ce plan d'aide de 15 millions d'euros doit aider le secteur agroalimentaire breton à sortir de la crise. "Il n'y aura pas de suite» sans la suppression définitive de la taxe poids lourds", répond pour le moment Thierry Merret. Le ministre de l'Agriculture est attendu vendredi en Bretagne alors que les négociations vont se poursuivre. L'Etat espère signer le pacte d'avenir d'ici la fin du mois de novembre.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !