Ecotaxe : Ecomouv' au coeur de la polémique, les politiques très critiques sur le sujet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ecotaxe : Ecomouv' au coeur de la polémique, les politiques très critiques sur le sujet
©

Oeil du cyclone

Ecotaxe : Ecomouv' au coeur de la polémique, les politiques très critiques sur le sujet

Si Bruno Le Roux et Jean-François Copé condamnent le contrat signé avec la société, ce n'est pas le cas de NKM, qui le défend.

L'écotaxe est décidément le sujet récurrent depuis une dizaine de jours. Alors que la Bretagne s'est soulevée pour condamner le principe de la taxe et pour lutter contre son application, le contrat signé avec Ecomouv' fait polémique. Ce contrat prévoyait notamment en cas d'application de l'écotaxe, le versement de 250 millions d'euros à la société. Délier cet accord coûterait un milliard d'euros sur un an à l'État, dont 800 millions à payer immédiatement.  Des sommes qui font jaser notamment chez les personnalités politiques.

Ce mardi matin, Jean-François Copé a critiqué le coût de collecte de cette taxe. "Ce qui est surtout critiquable, c'est le montage. De tels coûts de gestion sont aberrants. On ne peut pas imaginer dans un pays moderne un tel coût de collecte d'impôt, quel qu'il soit" a-t-il dit sur iTélé. Bruno Le Roux a quant à lui estimé qu'une enquête poussée devait avoir lieu. Sur Europe 1, le chef de file des députés PS a indiqué qu'il y a "un travail d’enquête qui est fait depuis plusieurs mois sur cette société. Il y a aujourd’hui nécessité à aller plus loin dans l’enquête". Il a également accusé l'ancienne majorité.  "Il semblerait qu’il y ait eu un certain nombre de liens entre la société qui a conseillé, qui a préparé le marché, et celle qui l’a obtenue. Des appels d’offres sur lesquels les uns se sont mis en avant, puis se sont retirés. Il y a toute une série de choses. Et quand je vois la façon dont aujourd’hui, dans l’ancien gouvernement, on essaye de s’extraire de cette affaire en prenant des précautions, quand je vois les circonvolutions des uns et des autres, je me dis qu’il y a nécessité à enquêter encore plus et encore mieux" a asséné Bruno Le Roux.

Même son de cloche chez Pierre Moscovici. "Il faut revoir toute la logique du contrat. Il est important d'établir toute la transparence sur ce qui s'est produit, avec l'ancienne majorité, je note que des responsables de ladite majorité s'étonnent aussi. On peut s'étonner qu'on ait délégué cette taxe à un organisme étranger. Cette société peut être mise en cause compte tenu d'un certain nombre d'obligations pas respectées" a expliqué le ministre de l'Economie et des Finances.

En revanche, Nathalie Kosciusko-Morizet a pris la défense d'Ecomouv' et de l'accord signé qu'elle a signé en 2011. "C'est un contrat qui a été passé dans les règles, en toute transparence, à la suite d'un dialogue compétitif, c'est-à-dire d'une négociation, qui a duré plus d'un an" a argumenté la candidate à la mairie de Paris sur France Inter.

Reste que ce contrat fait réagir et ce n'est sans doute pas terminé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !