Ebola : selon Patrick Balkany il y a "plusieurs cas" en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Patrick Balkany assure qu'il y a des cas de virus Ebola en France
Patrick Balkany assure qu'il y a des cas de virus Ebola en France
©Reuters/Charles Platiau

De quoi paniquer

Ebola : selon Patrick Balkany il y a "plusieurs cas" en France

Le député-maire (UMP) de Levallois a décidé de poser une question écrite à ce sujet à la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Le virus Ebola fait des ravages en Afrique de l'Ouest. Mais pour le moment, l'épidémie se concentre essentiellement dans cette région du monde.  "Aucun cas de contamination par le virus n'a été recensé à ce jour en France. Le risque d'importation reste assez faible" a fait savoir récemment le ministère de la Santé. Pourtant, un homme n'y croit pas. Il s'agit de Patrick Balkany. Citant des "sources médicales fiables", mais ne précisant pas lesquelles, le député-maire (UMP) affirme ce lundi dans un communiqué publié sur son site que "plusieurs cas d'Ebola auraient été signalés sur le territoire français". 

"J'ai donc demandé dès aujourd'hui au ministre, par une question écrite qui sera publiée au Journal officiel dans les tout prochains jours, de bien vouloir m’indiquer combien de cas atteints par le virus Ebola avaient, à ce jour, été recensés en France", poursuit-il. "Je lui ai également demandé, au vu de ces cas déclarés en France, qu'une information plus large sur les symptômes de la maladie ainsi que sur la marche en suivre en cas de soupçon d'infection, soit mise en place dans les plus brefs délais", peut-on aussi lire sur le site de Patrick Balkany.

Contacté par Le Scan du Figaro, l'élu des Hauts-de-Seine  a confirmé ses propos: "Je viens d'alerter en urgence le ministre des Affaires sociales et de la Santé sur les cas de virus Ebola recensés en France".  "Je parle de cas au pluriel mais pas encore d'épidémie. Mais je suis certain que ça va se savoir" déclare-t-il encore au Scan, sans livrer plus de preuves. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !