Ebola : pour l'OMS, il faut considérer l'épidémie comme "une urgence de santé publique de portée mondiale" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ebola : pour l'OMS, il faut considérer l'épidémie comme "une urgence de santé publique de portée mondiale"
©

Inquiétant

Ebola : pour l'OMS, il faut considérer l'épidémie comme "une urgence de santé publique de portée mondiale"

Pour le moment Ebola a fait 932 morts et infecté plus de 1 700 personnes principalement en Afrique de l'ouest.

La situation en Afrique de l'Ouest est toujours inquiétante. L'épidémie d'Ebola fait des ravages. La communauté internationale a fait part de son inquiétude et ce vendredi matin, l'Organisation mondiale de la santé a annoncé qu'il faut considérer le virus comme "une urgence de santé publique de portée mondiale".

Le comité d'urgence de l'OMS est "unanime pour considérer que les conditions d'une urgence de santé publique de portée mondiale sont réunies", annonce un communiqué. "Une réponse internationale coordonnée est essentielle pour arrêter et faire reculer la propagation internationale d'Ebola" écrit le comité. 

Par ailleurs, le Liberia et la Sierra Leone ont décrété l'état d'urgence et ont placé jeudi en quarantaine trois villes de la zone contaminée, fermant des routes et lieux de loisirs. L'Europe a pour sa part accueilli jeudi un premier malade d'Ebola rapatrié quelques jours après le rapatriement de deux médecins originaires des Etats-Unis qui ont porté leur alerte sanitaire au niveau le plus élevé. La diplomatie américaine a ce vendredi conseillé aux Américains de reporter tout voyage "non essentiel" au Liberia et ordonné aux proches du personnel de son ambassade de Monrovia de quitter le pays.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !