Ebola : le Nigeria a réussi à se débarrasser du virus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ebola : le Nigeria a réussi à se débarrasser du virus
©

Fin de l'histoire

Ebola : le Nigeria a réussi à se débarrasser du virus

L'Organisation mondiale de la santé a déclaré ce lundi la fin officielle de l'épidémie dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

C'est une victoire. Un premier succès contre le virus Ebola. En effet, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré ce lundi la fin officielle de l'épidémie au Nigeria. "Il s'agit d'une réussite spectaculaire qui montre au monde entier que l'Ebola peut être stoppé", a déclaré Rui Gama Vaz, le représentant de l'OMS dans le pays. Selon l'organisation relayée par l'AFP, "la réaction très rapide des autorités et le déploiement d'équipes chargées de surveiller toutes les personnes entrées en contact avec des malades ont été des éléments-clés pour stopper la chaîne de contamination". Dans le pays le plus peuplé d'Afrique de 170 millions, il n'y a eu que 8 morts. 

Les autres pays souhaitent désormais le même dénouement qu'au Nigeria. Dimanche, la présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, avait exhorté dimanche "le monde entier" à "participer" à la lutte contre cette maladie "qui ne connaît pas de frontières". Elle a réclamé "l'engagement de chaque nation (...) en mesure d'aider, soit avec des fonds d'urgence, des fournitures sanitaires ou de l'expertise médicale". Quant aux ONG, elles souhaitent un dispositif garantissant l'évacuation vers l'Europe en 48 heures de leur personnel s'il était infecté.

"C'est un enjeu capital pour enrayer la progression de la maladie sur le terrain", a souligné un diplomate européen. Sur le terrain, de nombreux pays se sont mobilisés. Les États-Unis vont déployer 3 000 soldats au Liberia et la Grande-Bretagne 750 en Sierra Leone. La France va assister la Guinée, où elle construit un centre de traitement en forêt équatoriale. Jeudi et vendredi, les chefs d'État et de gouvernement européens doivent discuter du virus à Bruxelles. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !