Ebola : le Liberia décrète l'état d'urgence, les pays d'Afrique de l'ouest demandent de l'aide | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ebola : le Liberia décrète l'état d'urgence, les pays d'Afrique de l'ouest demandent de l'aide
©

Inquiétude

Ebola : le Liberia décrète l'état d'urgence, les pays d'Afrique de l'ouest demandent de l'aide

Le Nigeria, qui déplore une deuxième victime, à demander aux Etats-Unis l'envoi du traitement expérimental testé sur les deux médecins infectés.

Ebola continue sa progression en Afrique de l'ouest. De nombreux cas sont recensés en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia. Ce dernier pays vient d'ailleurs de décréter l'état d'urgence au vu de la situation qui ne cesse de se détériorer. 930 personnes sont mortes en quelques semaines. Le virus poursuit son chemin et est arrivé au Nigeria où deux personnes sont morts. Des décès qui ont conduit le ministre de la Santé à demander aux Etats-Unis l'envoi du traitement expérimental testé sur les deux médecins infectés. Ce traitement aurait en effet atténué rapidement les symptômes des humanitaires contaminés nourrissant ainsi l'espoir des pays confrontés à cette maladie.

Mais Barack Obama en personne s'est exprimé et a répondu au ministre nigérian. "Je pense que nous devons laisser la science nous guider. Et je ne pense pas que nous ayons toutes les informations pour déterminer si ce médicament est efficace" a-t-il expliqué pour freiner les attentes extrêmement importante autour de ce "traitement mircle". L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu'elle allait saisir un comité d'éthique de l'éventuelle utilisation de ce traitement.

En Europe, l'inquiétude grandit après le rapatriement en Espagne d'un missionnaire de 75 ans. Au Moyen-Orient, un Saoudien de retour de Sierra Leone, présentant des symptômes semblables à ceux d'Ebola, est mort d'un arrêt cardiaque mercredi à Jeddah. Le ministère israélien des Affaires étrangères a déconseillé à ses ressortissants les voyages dans cette zone; 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !