Ebola : l'OMS reconnait que le nombre de victimes est sous-estimé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le seuil des 9000 victimes pourrait être dépassé dans le courant de la semaine.
Le seuil des 9000 victimes pourrait être dépassé dans le courant de la semaine.
©REUTERS/Tommy Trenchard

Ca continue

Ebola : l'OMS reconnait que le nombre de victimes est sous-estimé

Depuis le début de l'épidémie en mars, le virus a tué 4 447 personnes selon un dernier bilan officiel.

Le virus Ebola continue de tuer. Quatre jours seulement après avoir appris que le nombre de victimes succombant à la maladie avait dépassé le seuil des 4 000, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) annonce mardi un nouveau bilan établissant ce chiffre à 4 447. Au total, 8 914 cas ont été recensés depuis le début de l'épidémie au mois de mars. L'OMS s'attend désormais à ce que la barre des 9 000 victimes soit dépassée dans le courant de la semaine.

Pourquoi un tel écart des chiffres ? L'OMS reconnaît que le nombre de victimes est sous-estimé. Les chiffres seraient 1,5 fois plus élevés en Guinée, 2 fois plus au Sierra Leone et 2,5 fois plus élevés au Liberia. Dans ces trois pays, le taux de mortalité des malades contaminés par Ebola atteint 70%.

Toutefois, l'OMS note un "ralentissement du nombre de malades" dans cette zone d'Afrique de l'ouest, signifiant que le nombre de contamination continue d'augmenter mais moins rapidement. Un faible espoir rapidement soufflé car l'épidémie sévit désormais dans d'autres secteurs jusqu'alors épargnés. 

Le nombre de victimes augmente aussi hors d'Afrique. Après la mort d'un patient liberian pris en charge aux Etats-Unis, l'Allemagne a annoncé le décès d'un patient pris en charge sur son territoire. L'homme de 56 ans, d'origine soudanaise, était un employé de l'ONU travaillant au Libera. Il avait été rapatrié jeudi dernier.

Lu sur le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !