Ebola : l'épidémie est "largement sous-évaluée" estime l'OMS | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le virus Ebola continue de faire des ravages en Afrique de l'Ouest
Le virus Ebola continue de faire des ravages en Afrique de l'Ouest
©Reuters

Urgence

Ebola : l'épidémie est "largement sous-évaluée" estime l'OMS

La fièvre hémorragique a déjà fait 1 069 morts et touchée 1 975 personnes en Afrique de l'Ouest.

L'OMS tire la sonnette d'alarme. Le virus Ebola n'en finit plus d'inquiéter les autorités sanitaires mondiales. Ainsi, l'Organisation mondiale de la Santé a admis ce vendredi que l'épidémie de fièvre hémorragique est   "largement sous-évaluée". C'est en tout cas le constat fait pat les médecins présents dans les zones affectées en Afrique de l'Ouest. 

"Le personnel présent dans les zones d'épidémie relève des preuves montrant que le nombre de cas rapportés et le nombre de morts sous-estiment largement l'ampleur de l'épidémie", affirme le communiqué publié jeudi soir. "L'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest continue à s'étendre, avec 1 975 cas et 1 069 morts en Guinée, au Liberia, au Nigeria et en Sierra Leone", rappelle l'organisation. 

Mais l'OMS n'est pas la seule à se montrer préoccupé par la situation. En effet, Médecins sans frontières (MSF) avertit ce vendredi qu'Ebola "se répand plus vite que notre capacité à y faire face" et les pays africains affectés ont quant à eux  avoué jeudi leur impuissance à juguler par leurs propres moyens la progression du virus. Face à cette situation, "l'OMS coordonne une augmentation massive de la réponse internationale, avec le soutien individuel de divers pays, des agences de contrôle des maladies et des agences appartenant aux Nations Unies". Il y a urgence. 

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !