Ebola : 10 000 cas recensés pour près de 4 900 morts en Afrique de l'Ouest | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ebola a déjà tué presque 5 000 personnes en Afrique
Ebola a déjà tué presque 5 000 personnes en Afrique
©Reuters

Sacrés chiffres

Ebola : 10 000 cas recensés pour près de 4 900 morts en Afrique de l'Ouest

Malgré une diminution des risques de contagion mondiale, les dispositifs de précaution se renforcent encore, au départ des pays touchés comme à l'arrivée.

Alors que le virus Ebola semble contrôlé en Europe et aux Etats-Unis, Ebola continue de faire des ravages en Afrique de l'Ouest. Le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée sont toujours gravement touchées. L'Organisation Mondiale de la Santé a indiqué mercredi soir que le bilan de l'épidémie dans ces pays approchait les 10 000 cas pour près de 4 900 morts. Malgré une diminution des risques de contagion mondiale, les dispositifs de précaution se renforcent encore, au départ des pays touchés comme à l'arrivée.

De ce fait, la population est quasi interdite de voyager. L'aéroport international du Liberia a mis en place un système de bases de données relié aux listes des proches de malades, afin d'empêcher l'embarquement, même s'ils ne présentent pas de symptôme et ne sont donc pas contagieux, a expliqué Binyah Kessely, président du conseil d'administration de l'Autorité aéroportuaire libérienne. "Nous voulons éviter d'être embarrassés à chaque fois que quelqu'un quittera le Liberia pour aller contaminer un autre pays", a-t-il reconnu.

La situation reste donc inquiétante et de nombreux pays se mobilisent pour tenter de trouver des solutions. Ainsi, les Instituts américains de la Santé (NIH) ont annoncé avoir commencé un essai clinique sur 39 adultes d'un vaccin expérimental canadien contre Ebola. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) va aussi les tester. Mais ils ne devraient pas être opérationnels avant l'année prochaine.

Sur le terrain, malgré l'augmentation des moyens au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, l'OMS souligne que seuls 25% des quelque 4 700 lits nécessaires dans les centres de traitement pour parvenir à l'objectif de l'ONU d'isoler 70% des malades d'ici le 1er décembre sont actuellement disponibles. Il existe aussi un manque de personnel médical étranger pour faire fonctionner ces centres selon l'OMS. L'aide internationale est nécessaire. Le temps presse.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !