Dubaï : la jeune norvégienne condamnée après un viol a été graciée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Marte Dalelv, condamnée à 16 mois de prison alors qu'elle dénoncait un viol, vient d’être graciée
Marte Dalelv, condamnée à 16 mois de prison alors qu'elle dénoncait un viol,  vient d’être graciée
©Reuters

Encore heureux

Dubaï : la jeune norvégienne condamnée après un viol a été graciée

A la suite de sa condamnation mercredi 17 juillet pour comportement indécent (relation hors mariage), parjure et consommation d’alcool, la jeune norvégienne vient d’être graciée par l’émirat.

Soulagement pour la jeune norvégienne de 24 ans. Après le tollé suscité par sa condamnation à 16 mois de prison, alors qu’elle portait plainte pour viol, Marte Dalelv vient d’être graciée. L’annonce a été effectuée lundi sur Twitter par le ministre norvégien des Affaires étrangères, Espen Barth Eide. "Marte est libérée ! Merci à tous ceux qui se sont signalés pour l'aider". La jeune femme a été autorisée à quitter le pays, le plus tôt possible visiblement,  et son passeport lui a été remis.

La décoratrice d'intérieur en voyage d'affaires à Dubaï avait donc été condamnée à 16 mois de prison par un tribunal local pour comportement indécent (une relation sexuelle hors mariage), parjure et consommation d'alcool. Et ce, alors qu’elle venait de dénoncer un viol commis par un collègue de travail selon elle. Entre sa condamnation et sa grâce, elle avait pu trouver refuge dans une église norvégienne à Dubaï.

Espen Barth Eide avait fermement condamné cette décision : "Il semble très étrange qu'une personne qui dénonce un viol soit condamnée pour des actes qui, dans notre région du monde, ne sont même pas des délits".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !