DSK va attaquer en diffamation Régis Jauffret, auteur d'un roman livrant sa version de l'affaire du Sofitel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
DSK va attaquer en diffamation Régis Jauffret, auteur d'un roman livrant sa version de l'affaire du Sofitel
©

Revanchard

DSK va attaquer en diffamation Régis Jauffret, auteur d'un roman livrant sa version de l'affaire du Sofitel

L'ancien patron du FMI va également attaquer les éditions du Seuil, où paraît "La ballade de Rikers Island".

Sur l'affaire du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn n'entend rien laisser passer. L'ex-patron du Fonds Monétaire International a décidé d'attaquer en diffamation Régis Jauffret, auteur d'un roman paru jeudi livrant sa version de l'affaire du Sofitel. C'est Jean Veil, l'avocat de l'ancien ministre qui l'a annoncé dans l'après-midi. Il a aussi indiqué que les éditions du Seuil, où paraît "La ballade de Rikers Island", seraient attaquées. France Inter, où le romancier a fait la promotion de son ouvrage jeudi matin va également être poursuivie.

"Dominique Strauss-Kahn conteste formellement les déclarations diffamatoires de Régis Jauffret contenues dans son dernier livre. Sous prétexte d'une pseudo enquête romancée, l'auteur, qui n'hésite pas à s'appuyer sur des conversations purement et simplement inventées, contredit les conclusions devenues définitives de la procédure judiciaire américaine" a indiqué l'avocat.

Mais dans son roman, Régis Jauffret ne cite à aucun moment DSK. En effet, s'il n'y a que quatre protagonistes, Nafissatou est la seule à porter son nom. Les autres ne sont nommés que par les pronoms JE (pour l'auteur), IL (pour le supposé DSK) et ELLE pour Anne Sinclair. Et Régis Jauffret de s'en expliquer sur France Inter. Il assure avoir "essayé de l'appeler DSK, Dominique, Dominique Strauss Kahn (...) cela ne fonctionnait pas".

A LIRE AUSSI SUR REGIS JAUFFRET : "Marine Le Pen ? Bonne à sauter"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !