DSK en tête d'un sondage non publié par le Parisien Magazine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Dominique Strauss-Kahn n'a pas commenté ce sondage
Dominique Strauss-Kahn n'a pas commenté ce sondage
©

Résurrection

DSK en tête d'un sondage non publié par le Parisien Magazine

L'ancien patron du FMI revient sur le devant de la scène politique à travers un sondage qui n'a finalement pas été publié.

Le Parisien magazine a commandé un sondage le week-end dernier, mais s'est refusé à publier les résultats, apprend-on ce mardi sur France info. La faute à Dominique Strauss-Kahn ? Possible. Le magazine a réalisé un sondage dont le but est de comparer quatorze personnalités politiques à François Hollande dans le but de mettre en avant leur capacité à faire mieux que le président de la République. DSK celui qui a recueilli le plus grand nombre de suffrages. 

Les résultats étaient semble-t-il trop embarrassants pour le Parisien. L'institut BVA et la rédaction du Parisien Magazine n'ont pas souhaité faire de commentaire à l'Agence France Presse comme l'affirme le Figaro. Dominique Strauss-Kahn (DSK) était arrivé largement en tête, avec 56% des personnes interrogées qui pensaient que l'ancien patron du FMI ferait mieux à la place du président de la République, François Hollande. Dans ce sondage, il était suivi par Alain Juppé (53%), tandis que Nicolas Sarkozy et Manuel Valls arrivaient derrière, avec 49 et 48%.

"La direction du Parisien Magazine revendique un choix éditorial, estimant que ce n'était pas possible de publier ce sondage, parce que, selon elle, il aurait fallu dans un même temps poser la question : 'êtes-vous pour ou contre le retour de DSK ?' L'enquête a donc été jugée trop politicienne et peu digne d'intérêt", écrit France Info sur son site internet.

C'est la première fois que le nom de DSK était testé sur le grand public à la faveur d'un tel sondage. BVA l'a ajouté dans la liste habituelle, tout simplement parce qu'il était remonté dans les réponses lors de précédentes enquêtes. Ce retour au premier plan de l'ancien patron du FMI ne marque pour autant pas la fin de ses déboires judiciaires puisqu'il sera prochainement entendu dans l'affaire du Carlton de Lille. 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !