Rocard réaffirme que DSK est "malade" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Rocard réaffirme que DSK
est "malade"
©

Il marche seul

Rocard réaffirme que DSK est "malade"

Lâché par ses soutiens, anéanti par des révélations en cascade, l’ancien patron du FMI envisagerait, selon le JDD, de faire traiter ses pulsions.

Michel Rocard est revenu lundi sur ses propos tenus fin août dans Le Grand Journal de Canal+, où il avait déclaré que DSK "avait visiblement une maladie mentale". Des propos qui lui avaient été reprochés, pour lesquels il s’était excusé mais qu’il a réaffirmés sur Europe 1. L’ancien Premier ministre a ainsi avancé qu’il avait été "le premier à dire" que Dominique Strauss-Kahn était "malade", estimant que celui-ci vivait "une histoire assez épouvantable qui le détruit lui-même". Selon Michel Rocard, "tout le monde pensait" comme lui que DSK avait une "maladie mentale".

Dimanche, le Journal du Dimancherapportait les propos d'un proche de l'ancien directeur du FMI, selon lequel DSK jugeait lui-même être malade: "Pour la première fois ces derniers jours, il m’a dit qu’il fallait qu’il se fasse soigner. Il a admis qu’il était malade ". Selon son entourage, l’ancien favori des sondages n’est plus que l’ombre de lui-même: "il se ronge les ongles au sang, dévore jusqu’à la peau de ses doigts, et passe ses journées à ne rien faire, incapable, dit-il, de se concentrer sur un livre", "reste parfois de longues minutes dans le vague".

Il semble sûr en tout cas que l’ancien directeur général du FMI est profondément marqué par l’enchaînement des affaires qui lui tombent dessus : Nafissatou Diallo, Tristane Banon puis le Carlton de Lille, pour laquelle il encourt une possible mise en examen pour complicité de proxénétisme et recel d’abus de biens sociaux. Laquelle a également porté un coup à ses relations : il ne voit plus qu’une à deux personnes par semaines, dont le peu de soutiens qu’il lui reste. Martine Aubry, Ségolène Royal, Laurent Fabius l’ont lâché. Comme si c’était là la goutte d’eau qui avait fait déborder un vase trop plein de relations parallèles, de tromperies, mais aussi de promesses de changement, comme il l’avait fait après l’affaire Piroska-Nagy. Sans résultats.

Le couple Strauss-Kahn saisit la justice 

Par ailleurs, les rumeurs vont bon train sur les velléités de divorce d’Anne SinclairElle semble dans tous les cas décidée à reprendre une vie indépendante de ses "fonctions" de "femme de". Bref, DSK est au plus mal, veut tenter de soigner sa maladie et par la même occasion son image. Comme homme public, il semble que c’est là son seul horizon possible, son avenir politique apparaissant totalement inexistant.

Reste que lundi matin, les avocats de DSK ont annoncé qu'il allait, avec Anne Sinclair "saisir la justice" pour faire "cesser ou condamner" toute atteinte au "secret de l'instruction", à "la présomption d'innocence" et à leur "vie privée". Mes Henri Leclerc et Frédérique Baulieu estiment que des "articles relevant du voyeurisme le plus détestable" sur "les prétendues intentions ou les états d'âme allégués d'Anne Sinclair ou de Dominique Strauss-Kahn" ont été publiés et méritent une action en justice.

Lu sur le Jdd.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !