Droits de l'Homme : Israël rompt le contact avec l'ONU | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Droits de l'Homme : Israël rompt le contact avec l'ONU
©

Communication coupée

Droits de l'Homme : Israël rompt le contact avec l'ONU

Cette décision a été prise après l'annonce du Conseil de l'ONU d'ouvrir une enquête sur les colonies israéliennes.

Le dialogue est rompu entre Israël et le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Le ministre israélien des Affaires étrangères a annoncé ce lundi la décision : "Le ministère des Affaires étrangères a pris la décision de rompre tout contact avec cette organisation", a affirmé le porte-parole du ministère, Yigal Palmor."Finies les participations à des rencontres, des discussions ainsi que l'organisation de visites en Israël", a-t-il ajouté, précisant que cette mesure n'avait pas encore été notifiée au Conseil.

Cette annonce fait suite à la décision du Conseil de démarrer une mission d'enquête internationale indépendante sur l'impact des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a qualifié l'initiative d'"hypocrite", affirmant que le Conseil des droits de l'Homme disposait d'une "majorité automatique hostile à Israël". De son côté, le Conseil a jugé "surréaliste" la décision du pays.

Le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman a déclaré : "Nous ne serons pas acteurs dans ce théâtre de l'absurde car 70 % des décisions de ce Conseil sont hostiles à Israël. Nous envisageons de demander aux pays libres, comme les Etats-Unis, de s'en retirer".

Israël ne fait pas partie du Conseil mais a le droit de s'y exprimer dans certaines conditions.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a salué la résolution du Conseil comme "une victoire".

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !