Double attentat dans le centre-ville de Tunis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Double attentat dans le centre-ville de Tunis
©FETHI BELAID / AFP

Tunisie

Double attentat dans le centre-ville de Tunis

Un attentat a visé la police à Tunis ce jeudi 27 juin sur l'avenue Bourguiba. Plusieurs personnes ont été blessées et un policier aurait été tué, selon un bilan provisoire. Un attentat concomitant s'est déroulé contre une caserne de la Garde nationale.

Selon des informations de RTL et RFI, un kamikaze a visé la police sur la principale avenue de Tunis ce jeudi. Cette information a été confirmée par un policier sur place auprès de l'AFP

D'après un premier bilan trois policiers et deux civils ont été blessés lors de cette attaque sur l'avenue Habib-Bourguiba. Un kamikaze s'est fait exploser près d'une voiture de police. Selon une journaliste de l'AFP, des morceaux de corps jonchaient la chaussée autour d'une voiture de police sur l'avenue Bourguiba. 

L'ambassade de France, le ministère de l'Intérieur ou encore des hôtels se trouvent notamment sur cette avenue. 

Selon des informations de L'Obs, quatre personnes ont également été blessées dans un attentat concomitant contre une caserne de la Garde nationale ce jeudi 27 juin. 

L'avenue Bourguiba et la rue Charles-de-Gaulle ont été fermées et évacuées. La police est sur place. 

En octobre dernier, Tunis avait déjà été la cible d'un attentat-suicide sur l'avenue Bourguiba. Une femme avait activé une charge explosive. Elle visait un groupe de policiers. Vingt personnes avaient été blessées. 

Le premier bilan, encore provisoire, fait état d'au moins un policier tué et de huit blessés, annonce le ministère tunisien de l'Intérieur.

La Tunisie a relevé ses mesures de sécurité depuis une série d'attentats ces dernières années comme l'attaque du musée du Bardot, qui a fait 21 morts, et dans la station balnéaire de Sousse, où 38 personnes ont été tuées.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !