Donald Trump interdit aux personnes transgenres de servir dans l'armée américaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Donald Trump interdit aux personnes transgenres de servir dans l'armée américaine
©JIM WATSON / AFP

C'est niet

Donald Trump interdit aux personnes transgenres de servir dans l'armée américaine

Le président des Etats-Unis met en avant "les coûts médicaux énormes et les perturbations que les transgenres entraînent" selon lui.

Comme souvent, Donald Trump a choisi Twitter pour annoncer une décision. Sur le réseau social, le locataire de la Maison-Blanche a affirmé que les personnes transgenres ne pourraient bientôt plus servir dans l'armée américaine.

"Après consultation de mes généraux et des experts militaires, sachez que le gouvernement des Etats-Unis n’acceptera pas ou n’autorisera pas les personnes transgenres à servir dans un quelconque service de l’armée américaine" a-t-il avancé. "Notre armée doit se concentrer sur des victoires décisives et écrasantes et ne peut pas être entravée par les coûts médicaux énormes et les perturbations que les transgenres entraînent".

Barack Obama avait décidé en juin 2016 que l'armée intégrerait des recrues transgenres dès le 1er juillet 2017. Selon BFM, "le Pentagone était censé couvrir les frais médicaux pour les personnes désirant effectuer une transition, mais demandait aux nouveaux arrivants d'avoir passé au moins 18 mois dans leur nouvelle identité de genre avant de rejoindre les rangs de l'armée". 

D'après les estimations, entre 6000 et 14.000 personnes transgenres seraient présentes au sein de l'US Army. La question du transgenrisme reste très polémique aux Etats-Unis. Au Texas, la législation pourrait évoluer pour obliger les élèves transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe de naissance.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !