Donald Trump : "le problème, ce sont les conventions de Genève" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Donald Trump : "le problème, ce sont les conventions de Genève"
©Reuters

Ah ?

Donald Trump : "le problème, ce sont les conventions de Genève"

Le favori Républicain estime que ces traités, édictés après la Seconde Guerre Mondiale, doivent être "ajustés".

Pas encore candidat officiel des Républicains, Donald Trump s'attaque déjà aux traités internationaux. Dans son viseur, les Conventions de Genève, signées en 1949 qui définissent les règles humanitaires, en cas de conflits armés, et interdisent notamment la torture. Evoquant la lutte contre le terrorisme, le milliardaire s'est montré direct : "le problème, ce sont les conventions de Genève (et) toutes les sortes de règles et régulations. Donc nos soldats ont peur de se battre."

Donald Trump n'a jamais caché qu'il souhaitait le retour de la torture par simulation de noyade ou "waterboarding", utilisée lors des mandats de George W Bush. "On ne peut pas le faire et eux, ils peuvent couper des têtes" se plaint-il. "Je crois que nous allons faire des changements, des ajustements" dans les Conventions de Genève.

Bien que la technique de simulation n'ait pas montré son efficacité, à en croire un rapport d'une sénatrice américaine, Donald Trump est persuadé de son utilité et estime même que les attentats de Bruxelles n'auraient pas eu lieu si Salah Abdeslam avait subi cette pratique. Ces nombreuses déclarations ont créé un malaise au sein des militaires américains si bien que le candidat avait dû modérer ses propos : "J'utiliserai tout mon pouvoir légal pour arrêter ces ennemis terroristes. Je sais que les Etats-Unis sont liés par les lois et les traités et je n'ordonnerai pas à notre armée ou à d'autres de violer ces lois." Réécrire les conventions de Genève semble donc sa solution pour contourner cette interdiction.

Lu sur Politico

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !