Disparition d'Agnès Le Roux : début ce lundi du troisième procès de Maurice Agnelet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le troisième procès de Maurice Agnelet débute ce lundi
Le troisième procès de Maurice Agnelet débute ce lundi
©

Saga judiciaire

Disparition d'Agnès Le Roux : début ce lundi du troisième procès de Maurice Agnelet

Acquitté en 2006 du meurtre de sa maîtresse, disparue en 1977, il a été condamné en appel à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises des Bouches-du-Rhône.

Qui a tué Agnès Le Roux et dans quelles circonstances ? C'est un mystère qui dure depuis 37 ans. Plus précisément,les faits remontent au 30 octobre 1977, à la veille du week-end de la Toussaint. Agnès Le Roux, 29 ans, part dans l'arrière-pays niçois au volant de son 4X4. Depuis, personne ne l'a jamais revue et sa voiture n'a jamais été retrouvée. Principal suspect dans cette affaire, son amant, Maurice Agnelet. Cet homme, acquitté dans un premier temps en 2006, a été condamné un an plus tard en appel à 20 ans de prison pour le meurtre de cette jeune femme, héritière d'un casino niçois. A partir de ce lundi débute, aux assises de Rennes, le troisième procès de Maurice Agnelet dans cette histoire.

En effet, en février 2013, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a estimé que cet ancien avocat n'avait pas bénéficié d'un procès équitable. La Cour notait aussi que "le meurtre n'était pas formellement établi et que le lieu, le moment et les modalités du crime restaient inconnus". Dès lors, Maurice Agnelet, qui a toujours clamé son innocence, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire après avoir passé cinq ans en prison.

"J'attends de ce procès que jaillisse la vérité", a déclaré à l'AFP le frère d'Agnès Le Roux, Jean-Charles, sûr avec ses sœurs de la culpabilité d'Agnelet, aujourd'hui âgé de 76 ans. Sur Europe 1, il l'a dit et répété : "Je suis malheureusement convaincu de la culpabilité d'Agnelet. Ils avaient une histoire d'amour qui était à sens unique. On s'est rendu compte qu'elle était très amoureuse. Et ensuite, il a eu une emprise terrible sur elle. Et puis il l'a fait souffrir".  Et Jean-Charles Le Roux de poursuivre : « Le mobile est clair, il existe encore, c'est l'argent. Et cet argent est en Suisse au nom de Maurice Agnelet, il en réclame toujours la propriété, parce qu'il considère qu'Agnès lui a donné".

Le procès, qui verra défiler plus de 40 témoins, s'étalera sur quatre semaines. Agnelet encourt la perpétuité.

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !