Discours de politique générale : "On peut réformer sans abîmer et on peut moderniser sans détruire", lance Bernard Cazeneuve | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Discours de politique générale : "On peut réformer sans abîmer et on peut moderniser sans détruire", lance Bernard Cazeneuve
©Capture d'écran BFM TV

Grand oral

Discours de politique générale : "On peut réformer sans abîmer et on peut moderniser sans détruire", lance Bernard Cazeneuve

Devant les députés, le Premier ministre a notamment assuré vouloir "combattre le terrorisme islamiste et rassembler la nation autour de ses valeurs".

Une semaine après son arrivée à Matignon, Bernard Cazeneuve a pris la parole devant les députés mardi 13 décembre pour prononcer son discours de politique générale. "En préambule" de celui-ci, le Premier ministre a tout d'abord dénoncé "l'horreur" des "massacres" perpétrés à Alep, en Syrie, par le régime syrien et ses alliés, évoquant d'"innombrables atrocités" peuvent selon lui constituer "des crimes contre l'humanité". 

Bernard Cazeneuve a ensuite promis le mise en œuvre de nouvelles mesures en matière de politique sociale et de santé dès janvier 2017, faisant ainsi écho au programme présidentiel de François Fillon. "On peut réformer sans abîmer et on peut moderniser sans détruire", a-t-il lancé, adressant un message à peine déguisé au candidat des Républicains. 

"Mon gouvernement sera pleinement engagé pour confirmer ces résultats (…) Nul ne doit rester sur le bord du chemin", a déclaré le Premier ministre, qui a tenu à défendre le bilan de la Sécurité sociale, ou la création de poste dans les hôpitaux.  

Dans la droite ligne du discours prononcé le 6 décembre lors de la passation de pouvoir avec Manuel Valls, l'ancien ministre de l'Intérieur a évoqué la menace terroriste qui pèse actuellement sur la France : rappelant sa volonté "d'agir pour protéger les Français", il affirme vouloir "combattre le terrorisme islamiste et rassembler la nation autour de ses valeurs".

"Les antagonismes prospèrent partout" s'est également inquiété le nouveau locataire de Matignon, qui a critiqué "les fausses promesses" après avoir évoqué la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. 

Quant au volet économique de cette fin de quinquennat, Bernard Cazeneuve a promis le renforcement du CICE, ainsi que "l'investissement des entreprises", et "la transition technologique des TPE et les PME". 

"Lutter contre le chômage restera la priorité du gouvernement",  a-t-il répété, saluant une évolution selon lui positive de la situation. 

Sur le thème de la "justice sociale", Bernard Cazeneuve a promis "d'amplifier les réformes" pour "préparer l'avenir", insistant sur la transition écologique afin de "décarboner notre économie".

Rappelant le récent pic de pollution observé en Ile-de-France, le Premier ministre a promis "la conversion du parc automobile (à l') électrique" ou encore le développement des transports en commun. 

>>>> À lire aussi : Aider Hollande ET Valls : le délicat double objectif de Bernard Cazeneuve dans son discours de politique générale

Vu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !