Dieudonné : il accuse son demi-frère d'être à l'origine des violences sur huissier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Dieudonné aurait un demi-frère qui lui ressemblerait comme deux gouttes d'eau
Dieudonné aurait un demi-frère qui lui ressemblerait comme deux gouttes d'eau
©Reuters

Nouvelle piste ?

Dieudonné : il accuse son demi-frère d'être à l'origine des violences sur huissier

Le 21 janvier dernier, l’humoriste et sa compagne étaient placés en garde à vue à Dreux à la suite d'une plainte pour violences déposée par un huissier de justice.

A chaque jour une nouvelle information concernant Dieudonné. L'humoriste controversé n'en finit plus de faire l'actualité. Ce vendredi, il fait de nouveau parler de lui au sujet de son placement en garde à vue le 21 janvier denier. En effet, ce jour là, l’humoriste et sa compagne avaient été placés en garde à vue à Dreux à la suite d'une plainte pour violences déposée par un huissier de justice. Mais ce vendredi Europe 1.fr fait de nouvelles révélations concernant cette histoire. En effet, à en croire le site internet de la station de radio, Dieudonné a plaidé le 22 janvier face aux gendarmes que ce n'est pas lui qui étaient présent lors de l'accueil musclé de l'huissier. Selon l'humoriste la personne sur place n'était autre que son demi-frère, qui lui ressemblerait comme deux gouttes d'eau. 

D'après Europe 1.fr, Dieudonné est formel : il n'était pas là ce soir-là mais chez un ami à quelques kilomètres. Les gendarmes refusent pour l'heure de se prononcer sur la question. "C'est du 50/50", résume l'un d'eux, sondé par Europe 1.Et de préciser que d'après Dieudonné, cet homme serait en situation irrégulière en France car de nationalité camerounaise et dépourvu de titre de séjour. Depuis, les gendarmes le cherchent mais en vain. Les enquêteurs attendent les résultats des expertises téléphoniques et ADN, afin de se faire un avis plus tranché. Affaire à suivre donc.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !