Dieudonné : enquête ouverte contre lui pour apologie du terrorisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Dieudonné a encore dérapé
Dieudonné a encore dérapé
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le revoilà

Dieudonné : enquête ouverte contre lui pour apologie du terrorisme

Dimanche sur sa page Facebook, il avait écrit : "Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly".

Revoilà Dieudonné dans l'oeil du cyclone. Après avoir eu plusieurs de ses spectacles interdits par la justice, le polémiste refait parler de lui ce lundi puisqu'une enquête pour apologie du terrorisme a été ouverte par le parquet. Dimanche sur sa page Facebook, il avait écrit : "Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly". "La décision a été prise dès ce matin" a indiqué le parquet. L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).

Bernard Cazeneuve a lui voulu répondre à ce dérapage par la fermeté et a vivement critiqué ces propos. Réfutant toute provocation, Dieudonné, toujours sur sa page Facebook a indiqué ce lundi qu'il s'était rendu à la manifestation historique dimanche en hommage aux victimes du terrorisme. Un moment "historique" qu'il a qualifié ironiquement d'"instant magique comparable au big-bang", "comparable au couronnement de Vercingétorix".

Le polémiste déplore que l'État "continue" de lui "pourrir la vie" alors qu'il ne "cherche qu'à faire rire". "On me considère comme un Amédy Coulibaly alors que je ne suis pas différent de Charlie" a-t-il justifié. L'humoriste n'est pas à son premier coup d'essai, dans une vidéo en 2010, il avait aussi appelé à la libération de Youssouf Fofana, condamné pour le meurtre d'Ilan Halimi, jeune juif séquestré, torturé et tué en 2006. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !