Deux Niçoises écrouées pour avoir voulu commettre un attentat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Deux Niçoises écrouées pour avoir voulu commettre un attentat
©

Djihadisme

Deux Niçoises écrouées pour avoir voulu commettre un attentat

Les deux jeunes femmes de 17 et 19 ans étaient en contact avec le djihadiste Rachid Kassim.

Nouvelle arrestation de deux jeunes femmes soupçonnées de vouloir commettre un attentat. Cette fois, il s'agit de deux habitantes de Nice, qui ont été interpellées par la DGSI et placées en détention provisoire.

Selon le Parisien, qui a révélé l'information ce dimanche, les deux amies prévoyaient de passer à l'acte sous l'influence de Rachid Kassim, propagandiste actif de l'Etat islamique, qui lance des appels aux meurtres via la messagerie cryptée Telegram depuis la zone irako-syrienne.

C'est justement en travaillant sur les contacts Telegram de Rachid Kassim que les services de renseignements ont pu remonter jusqu'aux deux femmes. "Comme dans d’autres dossiers où l’on retrouve Rachid Kassim, elles étaient incitées à commettre un attentat sur des cibles précises afin de venger la mort récente du porte-parole de Daech", constate un proche de l’enquête cité par Le Parisien.

Interrogées par la DGSI, "elles ont reconnu qu'elles avaient envisagé une action violente, sous l'influence de Rachid Kassim avant d'y renoncer", selon une source proche de l'enquête citée par Le Monde.

La mineure de 17 ans, convertie à l'islam, a été mise en examen le 17 septembre à Paris pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et écrouée.

La majeure était, elle, déjà connue des services de renseignements, dans le cadre de l'enquête sur la filière djihadiste niçoise organisée par Omar Diaby. Mise en examen le 21 novembre 2014, elle était depuis sous contrôle judiciaire avec obligation de pointer - une obligation qu'elle n'a pas toujours suivi, précise Le Parisien. Elle a cette fois été placée en détention provisoire et doit être convoquée par un magistrat antiterroriste en vue d'une nouvelle mise en examen dans le cadre du dossier sur le projet d'attentat.

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !