Deux balles tirées sur la Maison Blanche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Deux balles tirées 
sur la Maison Blanche
©

Peur sur la ville

Deux balles tirées sur la Maison Blanche

L’une a été stoppée par une vitre blindée, l’autre a été retrouvée dans le jardin de la résidence. Un suspect a été arrêté.

[Mis à jour le 18 novembre à 6h]

Le jeune homme soupçonné d'avoir tiré deux coups de feu sur la Maison Blanche la semaine dernière a été inculpé jeudi de tentative d'assassinat contre Barack Obama ou son personnel.

[Mis à jour le 17 novembre à 06h15]

Un suspect a été arrêté mercredi dans l'enquête sur des coups de feu tirés la semaine dernière près de la Maison Blanche. Oscar Ramiro Ortega-Hernandez, 21 ans, était recherché depuis vendredi. Il a été interpellé dans un hôtel près d'Indiana en Pennsylvanie, à 300 km au nord-ouest de Washington D.C. Aucun autre détail n'a filtré concernant le jeune homme et ses motivations.

Si c’est une tentative d’attaque envers Barack Obama, elle ne fait pas très sérieuse. Mais elle inquiète. Deux balles ont été retrouvées à la Maison Blanche. Pas de dégâts, puisque la première a été stoppée par une vitre pare-balles, alors que la seconde a atterri dans le jardin.

Les tirs pourraient remonter à vendredi dernier, alors que des coups de feu ont été entendus à proximité de la résidence présidentielle à Washington, ainsi que l’ont rapporté à la police plusieurs habitants inquiets. Certains ont assuré avoir vu deux voitures roulant à vive allure peu après ces coups de feu, avant que la police ne retrouve un fusil AK -47 dans un véhicule, quelques heures après l’alerte .

Un jeune homme de 21 ans d'origine hispanique est suspecté d’être l’auteur des tirs. Il est sous le coup d'un mandat d'arrêt pour port d'une arme dangereuse. Quel qu'il soit, s’il a voulu s’en prendre au président, le tireur était en tout cas mal renseigné, puisque celui-ci était en déplacement à Hawaï vendredi, avant de rejoindre l’Australie.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !