Dette américaine : Obama va négocier un compromis avec les Républicains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Barack Obama reçoit les membres du Congrès
Barack Obama reçoit les membres du Congrès
©

Le temps est compté

Dette américaine : Obama va négocier un compromis avec les Républicains

Si aucun accord n'est trouvé d'ici jeudi, les Etats-Unis se retrouveront en situation de défaut de paiement.

Chaque jour nous rapproche un peu plus de la date fatidique. En conséquence, le temps des négociations se raccourcit de plus en plus. Il ne reste plus que quatre jours. Barack Obama et les Républicains n'ont plus que quatre jours pour trouver un accord sur le budget. Un compromis budgétaire nécessaire afin d'écarter l'éventuel premier défaut de paiement de l'histoire du pays. Autant dire que les discussions vont bon train pour mettre fin à la situation de shutdown traversée par le pays.

C'est pourquoi ce lundi soir, Barack Obama a décidé de recevoir les élus du Congrès. Le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, ainsi que les dirigeants des minorités dans les deux assemblées, la démocrate Nancy Pelosi et le républicain Mitch McConnell, ont en effet rendez-vous à la Maison Blanche. Car la situation urge chaque jour un peu plus. Ce lundi; le Trésor américain a prévenu qu'il ne pourrait plus emprunter à partir de jeudi et qu'il risquait rapidement de ne plus pouvoir assurer tous ses paiements. Le président Barack Obama a affirmé que cette crise en cours pourrait être résolue "aujourd'hui" si les Républicains du Congrès coopéraient.

Il a aussi mis en garde ses adversaires contre des demandes "extrêmes" et prévenu que le risque de défaut des Etats-Unis était réel si cette crise "superflue" se prolongeait. En effet, un défaut de paiement serait catastrophique. Cela créerait un chaos international aux conséquences difficiles à prédire. Ainsi, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a estimé dimanche que les répercussions dépasseraient celles de la crise financière de 2008, lors d'un entretien sur la chaîne américaine NBC.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !