Des téléphones portables découverts dans la cellule d'un détenu inculpé pour terrorisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Des téléphones portables découverts dans la cellule d'un détenu inculpé pour terrorisme
©PATRICK KOVARIK / AFP

Aberrant

Des téléphones portables découverts dans la cellule d'un détenu inculpé pour terrorisme

Deux téléphones portables ont été retrouvés sous le matelas d'un détenu du centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), incarcéré pour terrorisme, rapporte Le Parisien ce samedi. Une enquête a été ouverte.

Les prisons semblent être de véritables passoires. En atteste la découverte faite par des surveillants du Bureau central de renseignement pénitentiaire, le 6 février dernier, dans la prison de Fresnes (Val-de-Marne). Sous un matelas de la cellule où loge Aymen B., 30 ans, les agents mettent la main sur deux téléphones portables, selon Le Parisien. Une enquête préliminaire est alors ouverte dans la foulée.

Cet Aymen B. est bien connu des services de renseignement : fiché pour radicalisation islamiste, il a été mis en examen en octobre 2017 puis maintenu en détention provisoire pour sa participation présumée à un attentat raté à Paris, selon le parquet de Créteil. Il avait été écroué avec deux de ses complices présumés pour avoir placé, le 30 septembre dernier, dans un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, des bonbonnes de gaz équipées d'un dispositif de mise à feu électrique par téléphone.

Mis en examen pour "tentative d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste", il devrait en plus de cela être poursuivi pour "recel de remise illicite d'objet à détenu". Il partage en effet sa cellule avec un autre détenu, lui aussi fiché S. C'est grâce à ces téléphones portables qu'Aymen B. a notamment pu poster des messages sur Facebook entre le 12 décembre et le 6 février, encore visibles sur son profil.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !