Des soldats défenseurs de la forêt amazonienne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des soldats défenseurs de la forêt amazonienne
©

Armée écolo

Des soldats défenseurs de la forêt amazonienne

8.500 soldats brésiliens devront lutter contre le trafic de drogue, l’orpaillage et la déforestation.

A la veille de Rio +20, la conférence des Nations Unies pour le développement Durable, le gouvernement brésilien a décidé de faire un geste.

Plus de 8.500 soldats brésiliens vont êtes envoyés dans la forêt amazonienne, dans  les zones reculées à la frontière avec le Surinam, le Venezuela, le Guyana et la Guyane française.

Leur mission ? Lutter contre le trafic de drogue, l’orpaillage et … la déforestation, selon le Journal de l'environnement.

«L’Amazonie est la priorité stratégique N°1 du Brésil, une richesse pour l’humanité en termes de ressource en eau, de biodiversité et pour la production alimentaire», a déclaré au New York Times le général Eduardo Dias da Costa Villas Boas, qui chapote des forces militaires en Amazonie.

L’opération  devrait durer quelques semaines, mais il semble qu’elle ait déjà  porté ses fruits. Une dizaine de pistes d’atterrissage clandestines, utilisées pour l’orpaillage, ont été découvertes  en territoire indien.

Ce geste n’est pas anodin de la part du Brésil, qui jusqu’ici était un mauvais élève dans le domaine  écologique. Le 25 avril, le parlement brésilien a adopté une loi réformant le code forestier et affaiblissant la législation en matière de protection de la forêt.

Le texte prévoit aussi d’amnistier tous ceux qui ont déboisé illégalement jusqu’en 2008 et de mettre partiellement fin partielle à l’obligation de replanter.  La réforme, qui doit encore être validée par la présidente Dilma Rousseff, pourrait augmenter de 47% la déforestation d’ici 2020, d’après une étude de l’université de Brasilia.

Lu sur Terra Eco

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !