Des pyramides inconnues découvertes en Egypte grâce à Google Earth | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Des pyramides inconnues découvertes en Egypte grâce à Google Earth
©

Trésor enfoui

Des pyramides inconnues découvertes en Egypte grâce à Google Earth

Un des monts mesure 200m de large et pourrait abriter la plus grande pyramide jamais découverte.

L’archéologue américaine Angela Micol a patiemment étudié les images satellite du désert égyptien sur Google Earth pendant 10 ans, a des milliers de kilomètres de l'Egypte, dans son bureau de Caroline du Nord.

Son travail a fini par payer : elle a découvert deux sites qui semblent bien abriter des pyramides inconnues jusque là. Situées dans le bassin du Nil, à 150 kilomètres de distance l'un de l'autre, ils contiennent tous deux des monticules de forme inhabituellle.

Un des sites repéré par le satellite fait trois fois la taille de la Grande Pyramide de Gizeh : il inclue un plateau triangulaire de près de 200 mètres de large. Micol compte bien visiter ces sites pour vérifier qu'il s'agit bien de pyramides.

Le premier site se situe le long du Nil dans la Haute Egypte, à 20 kilomètres de la ville de Abu Sidhum. Si le plateau qui s'y trouve correspond bien aux restes d'une pyramide, il s'agirait de la plus grande jamais découverte jusqu'à présent.

Selon Micol : "Après plus ample examen de la formation, ce mont semble avoir une partie haute très plate et une forme étrangement triangulaire et symétrique qui a été fortement érodée avec le temps."

Le second site présente lui aussi une forme particulière "Il a un centre très distinctement carré, ce qui est très inhabituel pour un mont de cette taille et il semble presque pyramidal vu du dessus".



Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !