Des paroles et des actes : revivez l'émission avec Marine Le Pen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marine Le Pen
Marine Le Pen
©

Débats

Des paroles et des actes : revivez l'émission avec Marine Le Pen

La patronne du Front national était l'invitée de David Pujadas sur France 2 ce jeudi soir. Elle a commenté les résultats de son parti lors des municipales et détaillé son programme.

  • Marine Le Pen était l’invitée de Des paroles et des actes sur France 2 ce jeudi soir
  • Elle a exprimé sa vision de l'immigration : abolition du droit du sol et expulsion des clandestins 
  • La présidente du Font national fait confiance à ses maires, elle refuse de mettre les villes FN "sous tutelle"
  • Selon un récent sondage, le FN est crédité de 24% d'intention de vote au niveau national, pour cles élections européennes, Marine Le Pen a réitéré sa volonté de sortir de l'Union européenne

La priorité nationale et les logements sociaux 

Le vrai problème aujourd'hui c'est le logement des clandestins. Je ne vois pas en l'état comment il est possible de mettre en place la priorité nationale. La priorité nationale est une priorité sur l'emploi, les logements par rapport aux étrangers. C'est ce que vient de décider la Suisse par référendum. 
La loi naturelle supérieure à celle de la république pour les mariages ? 

C'est la conviction de chacun. Moi je l'ai toujours dit, la loi de la République doit être appliquée même quand elle nous est désagréable. Mon but à moi est de changer cette loi si je suis élue. Ce qui me choque c'est quand les journalistes filment dans les villes où le FN a été élu, ils font comme s'ils étaient au zoo. Je sens le mépris, la réserve, l'hostilité. Je voudrais qu'on laisse travailler ces maires. Vous dites "ce ne sont pas des spécialistes de la politique", mais personne n'est spécialiste de la politique dans les municipalités. Il s'agit de connaître sa ville. Nous verrons rapidement à Hénin-Beaumont comment on peut baisser les impôts. 

David Pujadas passe des reportages sur des communes qui ont voté FN aux municipales

Des images montre les élus FN se faire siffler là où ils ont gagné. Un maire se fait traiter de "facho". Des jeunes réagissent sur la polémique du "halal".  "Le Front national séduit mais fait toujours peur à certains", déclare le journaliste. Le maire de Villers-Cotterêt dit qu'il ne célébrera aucun mariage homosexuel et ne forcera aucun de ses adjoints à le faire. 

Les clandestins naturalisés
A chaque fois que vous régularisez quelqu'un qui est rentré clandestinement en France, vous lancez un signal laxiste. On ne peut pas refuser aux clandestins de scolariser leurs enfants puis une fois que ces derniers sont à l'école on est obligé de naturaliser les clandestins. On prend le problème à l'envers. Ce n'est pas juste pour ceux qui demandent légalement la régularisation. Il faut que les clandestins rentrent chez eux. Comme dans tous les pays du monde.  

Manuel Valls 

Il a parfaitement raison : il y a très peu de pays dans le monde où quelqu'un qui a été naturalisé il y a vingt ans peut devenir Premier ministre. Il faudrait donc que ses amis arrêtent de dire que les émigrés sont mal traités en France. Il faut arrêter de donner une image hostile d'une France qui n'accueille pas correctement les étrangers. Pour moi avant d'avoir la nationalité française il faut une exigence, car devenir Français est un honneur.  Pour moi la France est le pays le moins raciste du monde et le plus hospitalier. Elle n'a pas toujours été récompensée. Je suis fière que la France fabrique des Français, pour peu que l'on revienne au principe de l'assimilation. L'exigence passe par une maîtrise du français, il faut adhérer à notre histoire, à nos valeurs, à nos lois. Quelqu'un qui a un lourd casier judiciaire ne devrait pas être naturalisé Français. 

"On a le droit de vous traiter de "fasciste""
Monsieur Mélenchon a été relaxé, mais c'est seulement en première instance. J'ai fait appel et je finirai par gagner car le terme "fasciste" est une injure. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !