Des documents déclassifiés par les renseignements américains montrent que Ben Laden voulait déstabiliser l'économie française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La "bibliothèque de Ben Laden" a été déclassifiée ce mercredi
La "bibliothèque de Ben Laden" a été déclassifiée ce mercredi
©Reuters

Saines lectures

Des documents déclassifiés par les renseignements américains montrent que Ben Laden voulait déstabiliser l'économie française

Les services secrets américains ont divulgué ce mercredi des documents saisis après le raid sur la maison d'Abbottabad. Ben Laden visait apparemment la France.

Dans son refuge pakistanais, Ben Laden semblait s'intéresser à la France. Selon Jeffrey Anchukaitis, porte-parole de la direction du renseignement américain (DNI), le chef d'Al-Qaïda projetait de mettre en place "une attaque sur l'économie française, dans l'espoir de provoquer un effondrement économique" afin de créer un effet domino sur l'ensemble du monde occidental.

Le cerveau de l'organisation terroriste se serait procuré une vingtaine de documents : des rapports sur l'économie française, un ouvrage d'Henri Sée intitulé "la France économique et sociale au XVIIIème siècle" ainsi qu'une étude américaine "la France a-t-elle causé la grande dépression". Cette mine d'informations a suscité une attention toute particulière des services de renseignement américains. "C'est surprenant qu'il ait demandé autant de livres sur la France", a déclaré le responsable.

Mais la "bibliothèque de Ben Laden" ne se limite pas à la France. Le terrorisme, la politique internationale, les théories conspirationnistes, des rapports gouvernementaux, parlementaires, administratifs, militaires, judiciaires faisaient partie de ses centres d'intérêt.

Des livres récents comme "Les guerres d'Obama" du journaliste Bob Woodward et "Le nouveau Pearl Harbour" de David Ray Griffin, un auteur conspirationniste, viennent s'ajouter à cette longue liste.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !