Des chercheurs montrent que les spas peuvent être piratés et contrôlés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Des chercheurs montrent que les spas peuvent être piratés et contrôlés
©CC

Pilotage à distance

Des chercheurs montrent que les spas peuvent être piratés et contrôlés

L'émission BBC Click a révélé que les spas avaient de nombreuses failles dans leur système de sécurité.

Cela pourrait passer pour un bug classique. Vous êtes dans votre spas et vous vous rendez compte que la température ne correspond pas à celle que vous avez programmée. Tout de suite vous pensez à un défaut de fabrication, vous l'emmenez chez le fournisseur, on vous dit qu'il n'y a pas de problème, vous insultez le vendeur parce que tout de même un tel appareil vaut cher et vous repartez avec votre appareil « défectueux ».

Et bien le problème pourrait en fait venir de l'extérieur. En effet, l'émission britannique BBC Click a révélé en décembre que les spas pouvaient être piratés à distance grâce à la localisation GPS. Les bacs fonctionnant via des applications, les pirates peuvent ainsi changer la température, contrôler les pompes et les lumières à l'aide d'un ordinateur ou d'un smartphone.

Balboa Water Group, qui gère ce système de sécurité, a affirmé que le problème serait réglé d'ici la fin du mois de février en mettant en place un système plus solide. Ken Munro, fondateur de Pen Test Partners, société britannique qui a mené les recherches, a ajouté que « les ventilateurs ne sont allumés que lorsqu'il y a quelqu'un dans la baignoire. Un pirate informatique peut donc déterminer si vous êtes dans la baignoire à ce moment-là, ce qui est effrayant ».

BWG a conseillé a tous les possesseurs de ce type de spas de changer leur mot de passe et d'en créer un unique.

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !