Dérèglement climatique : l'OCDE dénonce les subventions massives des Etats aux énergies fossiles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Dérèglement climatique : l'OCDE dénonce les subventions massives des Etats aux énergies fossiles
©Reuters

Contradiction

Dérèglement climatique : l'OCDE dénonce les subventions massives des Etats aux énergies fossiles

Selon un nouveau rapport, les pays du monde entier dépensent environ 500 milliards de dollars par an pour soutenir le pétrole, le gaz ou encore le charbon.

Comment lutter contre ce qu'on subventionne massivement ? C'est la question abordée par un nouveau rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques. Selon l'OCDE, les Etats mettent largement la main à la poche pour soutenir la production et la consommation d'énergies fossiles, tout en luttant contre ses effets, à grands coups de conférences stériles.

Ce sont avant tout les produits pétroliers qui sont visés par ces subventions (82%), suivis du gaz (10%) puis du charbon (8%). Dans le viseur de l'institution, les pays producteurs, particulièrement généreux, comme la Russie, les Etats-Unis ou encore le Canada. "Ces mesures de soutien sont coûteuses, privent les Etats de recettes fiscales au détriment d’autres dépenses, comme celles de santé et d’éducation, détournent artificiellement les investissements qui pourraient sinon se diriger vers d’autres secteurs plus propres. Enfin, en encourageant la consommation de carburants notamment, elles accroissent les coûts humains de la pollution et contribuent au changement climatique" tranche Jehan Sauvage, l'auteur principal de l'étude au Monde.

Certains pays comme les Pays-Bas, la Slovaquie ou encore le Mexique ont néanmoins réalisé de gros efforts. Quant à la France, les résultats attendus de la taxe carbone ne sont pas encore quantifiés. 

Lu sur le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !