Départementales : pour François Fillon, "la lourde défaite de la gauche sera un coup de tonnerre politique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Départementales : pour François Fillon, "la lourde défaite de la gauche sera un coup de tonnerre politique"
©Reuters

Analyse

Départementales : pour François Fillon, "la lourde défaite de la gauche sera un coup de tonnerre politique"

Dans une interview au Parisien ce vendredi, le député estime que la colère des Français doit être entendue par François Hollande.

François Fillon est très actif. A Bordeaux avec Alain Juppé en début de semaine où il a prôné une alliance durable de l'UMP et du centre, le député de Paris a accordé cette fois un entretien au Parisien. Dans cette interview publiée ce vendredi, il évoque le second tour des élections départementales et se projette en cas de succès de son camp. "Ce sera d’abord la défaite de la gauche et le succès de nos candidats qui sont engagés sur le terrain. Ce sera la démonstration que l’UMP et le centre droit sont la seule alternative politique" indique-t-il. Et il ajoute : "la lourde défaite de la gauche sera un coup de tonnerre politique. Mais on ne me fera jamais dire que le sort du gouvernement est suspendu à des élections locales. Pour autant, la colère doit être entendue. François Hollande ne propose pas des réformes puissantes pour sortir de la crise".

A question de savoir si le quinquennat est "déjà fichu", François Fillon estime que "cela va être très difficile d’inverser la situation". "Il faudrait des réformes radicales et courageuses. Je ne le vois pas prendre ce risque à deux ans de la présidentielle" soutient-il.

"Il faut engager une masse critique de réformes dans un délai très court pour déclencher une réaction en chaîne, en ayant recours aux ordonnances et à tout ce qui permet d’aller vite dans la Constitution, y compris au référendum" préconise l'ancien Premier ministre qui veut "libérer l’économie française : supprimer les 35 heures, en rendant obligatoires les accords d’entreprise, alléger le Code du travail, développer massivement l’alternance, supprimer les seuils sociaux, mettre en place la dégressivité des allocations du chômage…"

Et François Fillon dresse un tableau très noir si rien n'est fait. "Si on continue comme ça, on aura 5, 6 voire 7 millions de chômeurs ! Et là, les Français vont vraiment descendre dans la rue" lance-t-il. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !