Démission de Nicolas Hulot : "C'est une décision personnelle qu'il a prise" réagit Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Démission de Nicolas Hulot : "C'est une décision personnelle qu'il a prise" réagit Emmanuel Macron
©FRED TANNEAU / AFP

Démission

Démission de Nicolas Hulot : "C'est une décision personnelle qu'il a prise" réagit Emmanuel Macron

Rentrée politique difficile pour Emmanuel Macron. Ce matin sur l'antenne de France Inter, Nicolas Hulot,ministre de la Transition écologique a annoncé qu'il quittait ses fonctions. Les réactions se multiplient dans la classe politique.

  • Le ministre d'Etat était l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20
  • La décision de Nicolas Hulot a été prise à l'antenne sans qu'il en ait informé Emmanuel Macron et Edouard Philippe
  • "Je ne regrette pas d'avoir accepté mais je n'avais peut-être pas les épaules pour être ministre" a-t-il expliqué

 

 

EN DIRECT : 

15h45 : Emmanuel Macron réagit depuis le Danemark :

En tournée européenne, le président de la République a réagit à la démission de Nicolas Hulot depuis Copenhague. "C'est une décision personnelle qu'il a prise. Si j'ai choisi Nicolas Hulot il y a quinze mois, c'est parce qu'il est un homme libre" a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse. Il poursuit :"Je souhaite toujours pouvoir compter sur son engagement d'homme libre et convaincu… Ce que nous avons à bâtir c'est une société du XXIe siècle pour vivre avec une alimentation saine dans un environnement sain. C'est un combat sur le long terme".

13h50 : Christophe Castaner : "Avec Nicolas Hulot nous avons obtenu de grandes avancées"

Même pas peur! Pour le chef de fikle de La République en marche, le gouvernement a obtenu de "grandes avancées" en matière d'écologie.

"Grâce à son travail, notre gouvernement peut être fier d'avoir un bilan écologique à la hauteur des enjeux. La politique se mesure sur le long terme : ses effets ne sont pas toujours immédiats. Mais rien n'arrêtera notre exigence pour l'environnement."

12h45 : "C'est une plaisanterie?"

Marlène Schiappa était l'invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique ce mardi matin. C'est le présentateur qui lui a appris la nouvelle de la démission de Nicolas Hulot.

 

12h30 :Pour Marine Le Pen, Nicolas Hulot met "le doigt là où ça fait mal"

 

12h15 : Le journal Libération publie les confidences de Nicolas Hulot 

Le journal Libération a publié ce mardi les confessions de Nicolas Hulot recueillies pendant l'été. Le ministre explique  être "en permanence dans un dilemme"

"Je suis en permanence dans ce dilemme et parfois, je n'en dors pas de la nuit. L'autre jour, quand Edouard Philippe a défendu le bilan du gouvernement lors de la motion de censure, il n'a pas eu un mot sur l'écologie. Si je m'en vais, il va y avoir 3 EPR de plus dans les prochaines années. Quand je suis arrivé, Macron et Philippe m'ont dit : “On va rentrer dans un esprit de coopération.” Et là, on est en permanence dans la confrontation. Si je m'en vais, je dirai les choses… Et quinze jours après, on aura oublié, on sera passé à autre chose. Et ça consacrera une forme de défaite pour moi et pour l’écologie"

"Ça me fait chier, ils n'ont toujours pas compris l'essentiel. Le problème, c'est le modèle. Cela me fait penser à cette phrase de Bossuet : “Nous nous affligeons des effets mais continuons à adorer les causes."

 

12h10 : "Un gachis" pour le Directeur Général de GreenPeace France, Jean-François Julliard 

Quel gachis! Il aura essayé mais n'a jamais pu s'imposer dans un gouvernement pour lequel l'écologie n'est qu'un vernis.
Alors que l'été a montré l'ampleur des dérèglements du climat, le gouvernement n'a pas le choix : avec ou sans Hulot, il doit faire de l'écologie une priorité https://t.co/UIXyukeDWi

— J-F Julliard (@jfjulliard) 28 août 2018

12h : Sur BFMTV Thomas Legrand est revenu sur les coulisses de l'interview de Nicolas Hulot

Sur BFMTV, l'éditorialiste politique de France Inter est revenu sur les coulisses de l'interview de Nicolas Hulot. 

On l'a invité hier soir et il a accepté. Ce matin on a pris un café avec lui, avec Léa Salamé. Il était en colère, on avait bien compris qu'il voulait pousser un coup de gueule" explique-t-il. "Il nous a raconté de lui même la réunion d'hier soir sur la chasse où il a eu la surprise de voir Thierry Coste, un lobbyiste de la chasse et des armes, venir. Il avait prévenu Emmanuel Macron : “Je ne veux pas voir de lobbyiste à ce genre de réunion.” Et quand il a vu il était furieux. Il s'en est entretenu avec Macron juste après, qui lui a dit : “Je ne sais pas comment ce monsieur est rentré.” Là il a eu le sentiment qu'on se foutait un petit peu de lui…

Il avait décidé de démissionner et de l'annoncer dans quelque temps, histoire de faire fructifier ce moment d'influence politique. Mais en rentrant dans le studio, il a visiblement changé d'avis. Ses collaborateurs se sont décomposés. A la sortie du studio il m'a dit qu'il avait décidé de l'annoncer tout de suite. On a senti pendant l'interview qu'il arrivait au bout de ses contradictions. On a vécu un moment de vérité politique.

11h50 : Richard Ferrand, chef de file des députés LaREM se confie au monde :

"Nous avons beaucoup fait avec Nicolas Hulot. Je respecte profondément sa personnalité comme sa décision personnelle. Nous continuerons à agir pour la transition écologique et solidaire avec énergie et détermination".

11h35 : Le groupe La France insoumise réagit brèvement

Dans la foulée de la déclaration de Jean-Luc Mélenchon, le groupe parlementaire La France insoumise publie un très bref communiqué disponible ici

11h25 : "La macronie commence sa décomposition" pour Jean-Luc Mélenchon

 

11h20 : Eric Coquerel, député de La France insoumise parle de "démission-sanction" :

Interrogé par le journal Le Monde, Eric Coquerel, député La France insoumise parle de "démission-sanction" concernant le départ de Benoît Hamion. "Ses mots sont une critique implacable de la politique du gouvernement, qui ne cherche pas d'issue à la crise écologique, cède aux lobbys… et n'est pas à la hauteur de la situation environnementale et climatique. Cela confirme les critiques que nous faisons depuis longtemps. C'est salutaire pour la cause écologiste : c'est un signal d'alarme."  "C'est une sanction terrible pour le gouvernement d'Emmanuel Macron, a-t-il poursuivi. Il est entré dans l'été avec l'affaire Benalla, il en sort avec ça… je ne sais pas ce qui va lui rester." Pour M. Coquerel, le fait que le ministre de la transition écologique et solidaire parte sans prévenir le président de la République et le premier ministre est " une première. Il devait être à bout. On le voyait, dans certains moments, à l'Assemblée".  

11h05 :"Un remaniement mais pas dans l'immédiat" affirme l'Elysée

Dans un communiqué, l'Elycée réagit à la démission de Nicolas Hulot. Pour le palais, il peut être "fier de son bilan" à la tête du ministère. La présidence de la République précise que "La détermination du gouvernement reste totale" sur l'environnement et affirme qu'un remaniement aura bien lieu "mais pas dans l'immédiat"

 

11h Benoît Hamon réagit sur Twitter : 

 

 

10h55 : Yannick Jadot, tête de liste EELV pour les élections européennes s'exprime au micro de LCI

Invité ce matin sur LCI, Yannick Jadot s'est exprimé sur la démission de Nicolas Hulot du gouvernement Philippe. « La voix de Macron sur l’écologie était EDF et Stéphane Travert.Le départ de Nicolas Hulot est la conséquence de l’absence de politique écologique de ce gouvernement. Nicolas Hulot essayait de convaincre mais n’était pas entendu, il refuse de servir de caution et il a raison. »

10h40 : Une "rentrée difficile pour Macron" estime Laurent Wauquiez

Laurent Wauquiez était l'invité ce matin de RTL ( à partir de 12 minutes sur la vidéo. Dans une séance de question réponse avec les auditeurs, le chef des Républicain, s'exprimant sur la démission de Nicolas Hulot a déclaré qu'il est "une personnalité qui est appréciée des Français. Moi c'est quelqu'un dont je ne partage pas les idées. Ce que je constate surtout, c'est qu'au fond cette décision est le reflet des conséquences des ambiguïtés des politiques de Macron" explique le chef des Républicains. Pour ce dernier, cette démission est aussi le signe que la rentrée sera "très difficile pour Emmanuel Macron". Enfin, il ajoute qu'il peut comprendre que Nicolas Hulot se sente trahi comme aujourd'hui pas mal de Français par des promesses fortes qui avaient été faites et le sentiment qu'à l'arrivée ce n'est pas très tenu".

10h37 : Benjamin Griveaux regrette le "manque de courtoisie" de Nicolas Hulot

Le porte-parole du gouvernement a estimé sur BFMTV et RMC que Nicolas Hulot a fait preuve d'un "manque de courtoisie" en ne prévenant pas Emmanuel macron. Benjamin Griveaux a toutefois expliqué "regretter ce départ" et souligne sa volonté de "rendre hommage au travail qui a été accompli depuis plus d'une année par Nicolas Hulot".

10h35 :  Macron et Philippe n'ont pas été mis au courant

 

10h32 : C'est une décision que j'ai prise tout seul, personne n'était au courant y compris ma propre épouse"

"C'est une décision que j'ai prise tout seul, personne n'était au courant y compris ma propre épouse". "C'est la décision la plus intime difficile et plus cruel  mais la plus responsable que je devais prendre" OU alors cela voudrait dire que tout ce que j'ai dit depuis des années je n'y crois pas (sur la gravité de la situation) et c'est vrai que le spectacle de cet été avec cette disproportion des réactions et de l'attention, je pensais qu'un responsable politique allait en tirer des leçons et nous appeler à la mobilisation. Mon acte n'est pas un acte de résignation, c'est un acte de mobilisation et j'espère qu'il entrainera derrière un sursaut". A expliqué sur France Inter Nicolas Hulot.

10h30 : Nicolas Hulot annonce sa décision de quitter le gouvernement d'Edouard Philippe

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !